« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?

image

Un auteur :

Serena Giuliano est blogueuse, pigiste et écrivaine.

Elle arrive en France, à Metz, en 1994. Serena a alors 12 ans et ne parle pas un mot de français. En trois mois, elle maîtrise la langue et se hisse au niveau de ses camarades de classe.

Après un BTS dans le domaine bancaire, elle se lance comme conseillère en image et crée un blog mode et beauté.

Mère de deux fils, elle crée son blog autour de la maternité, « Wonder mum », en 2013.

Après trois ouvrages « Wonder mum » (2014-2016), succès littéraire de l’année 2014, elle signe avec « Ciao Bella » (2019) son premier roman.

Elle vit à Metz.

Vous pouvez suivre l’actualité de Serena :

Sa bibliographie :

  • Wonder Mum – Tome 1,2 et 3 – Éditeur Baudelaire : 

Quatrième de couverture : Le livre d’une mère imparfaite, avec deux enfants parfaits… OU PRESQUE. Wonder Mum en a ras la cape ou le livre d’une maman (mais pas que) trentenaire, un poil névrosée, qui a décidé d’aborder la maternité avec humour et auto dérision. Parce que, non, ce n’est pas QUE du bonheur, et qu’il y en a marre de devoir dire le contraire sous prétexte qu’il faut assurer le renouvellement de la population. Parce que tous les parents sont sur le même bateau : celui où on porte des cernes en guise de IT accessoire. Et parce que du coup, pour éviter le naufrage, il va falloir essayer d’en rire. La mère parfaite n’existe pas, ni le père parfait d’ailleurs et ça c’est clairement la faute des enfants parfaits. Ah non, c’est vrai, ils n’existent pas non plus… Mamans, papas, grands-parents : ce livre nous permettra de déculpabiliser un peu. À l’heure où il faudrait être irréprochable dans tous les domaines, il est bon de se dire que ce n’est pas si grave si l’on n’y arrive pas toujours ! Quant à toi, personne sans enfant, être chanceux de ton état, cet ouvrage te décidera peut-être à sauter le pas… ou pas. Des pensées, des VDM (vie de mère Ndr.), des mots d’enfants, des moments de solitude et de honte suprêmes, le tout saupoudré d’un voile de tendresse : Serena nous livre ce mélange explosif sans jamais en faire des tonnes. Si tu es une mère imparfaite, allaitante ou pas, que tu portes en poussette, en écharpe ou à dos de chameau, que tu cuisines pour tes enfants ou que tu ne jures que par les petits pots, que tu aies aimé être enceinte ou détesté le ventre rond, si tu as envie de faire du mal à Dora, que parfois tu te sens dépassée, que tu as un peu d’humour et beaucoup de second degré ce livre devrait te parler ! Tu es un papa ? il se peut qu’il t’intéresse aussi, et quant à toi, personne sans enfant, être chanceux de ton état, cet ouvrage te décidera peut-être à sauter le pas… OU PAS ! Serena est une maman, certes, mais aussi une femme, une chef d’entreprise, une amie, une épouse, une fille, une sœur, une meuf sympa (presque toujours)… En fait, c’est une trentenaire comme il y en a beaucoup, qui essaye de concilier tout ce joli monde dans sa tête, sans complètement la perdre !

  • Ciao Bella – 2019 – Le Cherche Midi :

 

Ciao-Bella.jpg

Quatrième de couverture :

Grandir, pardonner et manger des pâtes.

 » J’ai peur du chiffre quatre. C’est une superstition très répandue en Asie. Le rêve ! Enfin des gens qui me comprennent ! Je devrais peut-être déménager…
– Vous avez beaucoup d’autres phobies ?
– Vous avez combien d’années devant vous ? « 

Anna a peur – de la foule, du bruit, de rouler sur l’autoroute, ou encore des pommes de terre qui ont germé… Et elle est enceinte de son deuxième enfant. Pour affronter cette nouvelle grossesse, elle décide d’aller voir une psy.
Au fil des séances, Anna livre avec beaucoup d’humour des morceaux de vie. L’occasion aussi, pour elle, de replonger dans le pays de son enfance, l’Italie, auquel elle a été arrachée petite ainsi qu’à sa nonna chérie. C’est toute son histoire familiale qui se réécrit alors sous nos yeux…
À quel point l’enfance détermine-t-elle une vie d’adulte ? Peut-on pardonner l’impardonnable ? Comment dépasser ses peurs pour avancer vers un avenir meilleur ?

Attention, la lecture de Ciao Bella pourrait avoir des conséquences irréversibles : parler avec les mains, écouter avec le cœur, rire de tout (et surtout de soi), ou devenir accro aux pasta al dente.

Je vous invite à découvrir mon avis sur le lien suivant

image

Sa bibliothèque, quatre questions :

 

1.Etes-vous davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Serena Giuliano : J’adore posséder des livres, je continue d’en acheter alors que ma pile à lire est plus grande que moi. Grand format pour mes auteurs et autrices préférés, poche pour le reste ! Et j’ai la chance grâce aux salons notamment, de pouvoir avoir des dédicaces. Celle qui me tient le plus à cœur est celle de Erri De Luca.

2. Décrivez-nous votre bibliothèque ? Une photo ? Plusieurs Photos ?+ photos (biblio, pile à lire…)

Serena Giuliano : Elle n’est pas hyper bien rangée, mais je l’adore. Livres, photos et objets rapportés de voyages s’y mélangent.

image0.jpeg

3. Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ?

Serena Giuliano : Mmmh, la suite de « mille femmes blanches » que j’ai adoré, le 3e tome de la trilogie vient d’ailleurs de sortir donc j’en ai 2 de retard !

4. Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

Serena Giuliano : « L’odeur de la colle en pot » d’Adèle Bréau.

L-odeur-de-la-colle-en-pot.jpg

Petit bonus : Pouvez-vous citer un artiste (peintre, sculpteur, dessinateur…) que vous affectionnez particulièrement ?

Serena Giuliano : Elena Ferrante. Je le répète tout le temps mais cette autrice napolitaine me bouleverse.

image

Un grand merci à Serena pour sa réactivité et son enthousiasme à participer à cet interview ! 

Impatiente de lire son prochain roman !

Bonne lecture,

L.