Quatrième de couverture :

Paris, veille de Noël, de nos jours. Comme tous les soirs ou presque, le commissaire Amaury Marsac va s’asseoir sur un banc dans le square du Vert-Galant, sa soupape pour chasser les horreurs du métier avant de rentrer chez lui. Mais cette nuit-là, son refuge a été gagné par le Mal : dans une poubelle du jardin public gît un cadavre au ventre ouvert, rempli de mort-aux-rats.
Paris, mars 1995. Alex a 15 ans, il a fui l’appartement familial et est à la rue. Mais il résiste au désespoir, car dès que possible il va partir, il va la retrouver, il n’y a qu’Elle qui compte désormais dans sa vie. Et ensemble, ils surmonteront tout.
Lorsque les chemins de Marsac et d’Alex convergent, chacun se méprend en pensant avoir connu le pire…
Une bouleversante variation sur les enfances brisées, mais aussi la puissance de la fraternité et la beauté cruelle de la vengeance.

Mon avis :

Un réel plaisir de retrouver la plume d’Elsa ROCH qui est une de mes auteures polar chouchoutes ! Je vous avoue que depuis la naissance de Garance je lis très peu de polar – thriller alors que c’était mon domaine de prédilection. Je n’y arrive plus !

Impossible pour moi de passer à côté de la quatrième enquête de Marsac, ce flic me plaît beaucoup.

J’ai d’emblée était empotée par la sensibilité d’Elsa et l’histoire… Alex m’a particulièrement touchée. Elsa est très habile dans son écriture et sa façon de nous transporter. Elle évoque des sujets graves sans à la fois tomber dans le mélo…

Moi, je le dis : elle est trop forte !!!

Pour ceux qui n’ont pas lu les trois précédents, je ne pense pas que ce soit problématique mais c’est une excellente idée cadeaux avec l’approche des fêtes de fin d’année !

Bonne lecture,

L.