Quatrième de couverture :

Au Meilleur Ami de l’Homme : un hôtel insolite où devant chaque chambre vous attend un petit chien abandonné que vous pourrez adopter ou non en partant.

Voyag’Elles : un guide touristique « spécial femmes » que Roxane a créé avec son amie Sam, et auquel elle a adjoint un blog irrésistible où elle raconte ses péripéties dans tous les coins de France.

Roxane : en dehors de son blog, une boule de souffrance rongée de culpabilité et de haine envers le responsable de son malheur.

Mais dans l’hôtel où Roxane a décidé de poser ses valises, pour Voyag’Elles, il y a des personnes sages qui, malgré les cruautés du destin, se consolent grâce aux petits bonheurs de la vie… et y trouvent la force d’affronter le lendemain.

Quand le pardon de l’autre passe d’abord par le pardon de soi.

image

Mon avis :

Jusqu’à présent j’ai lu tous les romans de Carène Ponte donc c’était une évidence pour moi de lire celui-ci. Ce roman a rencontré beaucoup de succès, les critiques sont positives mais (oui, souvent il y a un « mais ») je n’ai pas adhéré.

Carène aborde dans cette nouvelle histoire un sujet difficile et douloureux mais je trouve qu’elle n’est pas allée au bout des choses. Il me semble, mais bien entendu, cela n’engage que moi, que ce sujet, très délicat, a été traité de manière superficielle et aurait mérité davantage d’être approfondi notamment dans la psychologie des personnages. 

En revanche, j’ai pris plaisir à découvrir ces nouveaux personnages et leur personnalité. Ils sont, bien entendu, tous très attachants.

en résumé, lisez ce roman et vous passerez un moment divertissant, j’aurai juste aimé qu’elle creuse un peu plus !

Bonne lecture,

L.