Quatrième de couverture : 

De retour de vacances, sur le parvis d’une gare, Édouard laisse derrière lui sa femme et sa valise. Un départ sans préméditation. Une vieille romancière anglaise en est le déclic, la forêt de Brocéliande le refuge. Là, dans une chambre d’hôtes environnée d’arbres centenaires, encore hagard de son geste insensé, il va rencontrer Gaëlle la douce, son fils Gauvain, enfermé dans le silence d’un terrible secret, Raymond et ses mots anciens, Adèle, jeune femme aussi mystérieuse qu’une légende. Et Platon, un chat philosophe. Qui sont ces êtres curieux et attachants ? Et lui, qui est-il vraiment ? S’il cherche dans cette nature puissante les raisons de son départ, il va surtout y retrouver sa raison d’être.

image

Mon avis :

 

J’attendais patiemment le dernier roman d’Agnès Ledig ! En effet, je les ai tous lus et je passe toujours sur agréable moment en sa compagnie.

C’est un réel plaisir de m’évader avec ses mots.

J’ai apprécié qu’Édouard soit le personnage principal de cette histoire, un homme, ce changement est top ! Les personnages secondaires sont tout aussi attachants et ont du sens que ce soit Gaëlle, Adèle, Gautier, Élise… sans oublier un personnage à mes yeux : la forêt de Broceliande ! Que je m’y suis sentie bien dans cette forêt à humer l’air frais du matin, voir cette verdure. Je pense qu’en période de confinement c’était une lecture idéale.

L’histoire m’a également tenue en haleine, j’aurai tout de même apprécié que les cent dernières pages soient davantage développées. J’ai trouvé que par endroit il y avait certaines longueurs et à la fois la fin aurait mérité plus de détails !!

Cela reste une très bonne lecture, je pense juste que je deviens un peu plus exigeante (ou chiante 😜) !

Lisez-le !! Hâte de connaître votre avis !

Bonne lecture,

L.