« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?

image

Un auteur :

Richard Louis est un auteur gourmand qui dirige une agence de communication spécialisée dans les métiers de bouche.

Je vous invite à découvrir sa bibliographie :

CVT_Sans-consequence_5855

  • Sans conséquence – 2020 – Editions du Loir :

Quatrième de couverture : Pierre et Sacha sont amis depuis leur plus tendre enfance. L’un, père de famille et avocat discret, mène une vie sans histoires. L’autre, auteure volage et provocatrice, fait régulièrement la une des tabloïds. Aussi différents que fusionnels, les deux amis se complètent, se stimulent et s’épaulent en toute situation. Lorsque Pierre range sa robe noire au placard et change de vie, Sacha le persuade de se lancer dans l’écriture avec elle. Leur premier roman policier écrit à quatre mains rencontre un succès immédiat, signant le début d’une fructueuse collaboration. Un jour, en pleine séance d’écriture, Sacha demande “un service d’ami” à Pierre. Et tout bascule

palais meurtriers

  • Palais meurtriers – 2020 – Editions du Loir 

La première aventure, qui nous en apprend beaucoup sur Mac et qui explique pourquoi il est devenu cet enquêteur « spécial », tout en conservant son statut de chef de cuisine. Entre passion et expiation, une histoire qui vous mènera d’Avignon à Rome, d’anciens mercenaires reconvertis en secte raciste au cœur de l’affaire du Vatileaks. Miroir oh, mon beau miroir !!!

Parution poche en 2020 aux Editions du Loir de l’ancien titre « Le miroir aux fruits de la passion ».

vendetta tardive

  • Vendetta tardive – 2020 – Editions du Loir 

Michel-Arthur Chevalier, alias Mac, est chef cuisinier à Matignon. Officieusement, il est aussi membre d’une brigade d’intervention confidentielle, sous les ordres directs du Premier ministre. Il est réquisitionné pour enquêter sur une série de meurtres visant des personnalités européennes. D’étranges symboles astraux – toujours les mêmes – sont trouvés près des victimes, orientant le flair de Mac vers les Carbonari, une société secrète vieille de plusieurs siècles, aussi puissante que mystérieuse. De Paris à Venise, Mac se lance dans une poursuite effrénée à travers l’Europe, prenant à peine le temps d’ôter son tablier…

Parution poche en 2020 aux Éditions du Loir de l’ancien titre « Les pâtes à la Carbonari ».

 

attachement mortel

  • Attachement mortel – 2020 – Editions du Loir 

Mac a démissionné de son poste à Matignon, ou plutôt de ses postes, pour cause de parfait amour avec son second de cuisine, une très belle et jeune brune prénommée Éloïse. Ensemble, ils se sont installés en Provence où Mac possède un mazet proche de Maillane. Ils poursuivent leur métier-passion de chefs à domicile et, il n’aurait jamais plus été question d’enquête policière si, le destin et son voisin et ami Pépé Garcia n’en avaient décidé autrement.

Parution poche en 2020 aux Éditions du Loir de l’ancien titre « Mortelles Papalines ».

 N’hésitez pas à vous informer de l’activité littéraire de Richard en le suivant sur :

  • Sa page d’auteur – Facebook en cliquant ici
  • Son site internet en cliquant ici

image

Sa bibliothèque, quatre questions :

 

1.Etes-vous davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Richard Louis : Je suis à 100 % livres neufs, peu importe le format et qu’ils soient ou non dédicacés. Il m’arrive d’ailleurs régulièrement d’acheter des livres d’auteurs rencontrés sur des salons… après le salon ! J’ai notamment acheté plusieurs livres de René Manzor – notamment Apocryphe – après avoir fait sa connaissance au salon du polar de Nemours.

2. Décrivez-nous votre bibliothèque ? Une photo ? Plusieurs Photos ?+ photos (biblio, pile à lire…)

Richard Louis : Il n’y a pas vraiment « une » bibliothèque, mais plusieurs ! En voici 2, très variées (que je partage avec ma femme) auxquelles il faut ajouter celle des livres de cuisine et celle des livres de graphisme (que je ne partage pas !!!).

Sans titre

 

Sans titre2

3. Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ?

Richard Louis : Je vais avoir honte mais je fais un break polar depuis un bon moment. Le livre en question est L’emprise des sens de Sacha Erbel. Je pense que comme j’ai « bizarrement » un peu plus de temps que d’habitude, il sera lu très prochainement !

L-Emprise-des-sens

4. Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

Richard Louis : Pour cause de confinement non anticipé, je n’ai rien de nouveau sur ma PAL ! Le dernier à y être arrivé, La panthère des neiges de Sylvain Tesson, a été lu.

La-panthere-des-neiges

Petit bonus : Pouvez-vous citer un artiste (peintre, sculpteur, dessinateur…) que vous affectionnez particulièrement ?

Richard Louis : J’aime beaucoup le travail du noir chez Soulages, mais je peux également être attiré par la peinture de Djamel Tatah. Finalement, deux styles sobres et épurés !

Je me permets d’ajouter une question : étant donné que nous sommes en période de confinement, pourriez-vous nous conseiller une ou deux recettes faciles à réaliser sucrée ? salée ? les deux ? ! Humm… j’avoue que j’en ai repéré de très alléchantes sur votre site ! 😉

Richard Louis : Difficile de choisir, mais en cette période où de plus en plus d’apéros virtuels (ou pas) se prennent, voici deux petites préparations simples et gourmandes pour les accompagner :

Terrine de foies de volaille 

 Combien ?  4 personnes – 20 min (préparation) – 15 min (cuisson)

Quoi ? 300 g de foies de volaille – 200 g de beurre – 5 cl de cognac – 4 à 5 belles échalotes – Sel et poivre (QS)

 Comment ?

Faites revenir les foies avec les échalotes coupées dans un peu d’huile.

Salez et poivrez.

Flambez avec l’alcool chaud et laissez cuire environ 15 min (le temps que les foies soient cuits).

Mixez au robot les foies avec le beurre. Mettez en terrine.

Laissez refroidir puis mettez au réfrigérateur pour que la terrine se solidifie.

Décorez de quelques grains de coriandre, de genièvre et de poivre.

Ajoutez une pincée de thym.

Il ne restera plus qu’à tartiner sur du pain grillé pour l’apéritif !

 Et plus encore !

Si vous n’avez pas de cognac, un armagnac ou même un whisky feront très bien l’affaire !

Vous pouvez présenter la recette dans un gros plat à terrine ou dans plusieurs ramequins plus petits, en augmentant les quantités.

Cela permet d’en avoir toujours dans le congélateur… au cas où !

Une variante de cette préparation est de rajouter 3 cuillères à soupe de crème fraîche afin de la rendre plus onctueuse et de farcir des brioches parisiennes évidées (avec le petit chapeau !).

Servie avec une salade de mâche, voilà une petite entrée bien sympathique !

 

 Rillettes de sardines

Combien ? 1 bol – 10 min (préparation) 

 Quoi ? 1 boite de sardines à l’huile sans arrêtes – 100 g de fromage blanc – 1 échalote – 3 brins de coriandre – 3 cuillères à soupe de citron pressé (environ 1 citron) – Piment d’Espelette (QS)

 Comment ?

Hachez finement l’échalote, ciselez la coriandre. Dans un bol, émiettez la sardine à la fourchette et mélangez avec l’échalote, la coriandre, le fromage blanc, le jus de citron et le piment.

Réservez au frais.

Servez avec des tranches de pain grillé ou/et des crudités (carotte, courgette, céleri, radis…) en bâtonnets.

Et plus encore !

À tester avec du maquereau…

image

Richard, je vous remercie d’avoir pris du temps pour répondre à ces questions qui nous permettront de vous découvrir en tant que lecteur et qui me permettent de vous découvrir personnellement ! Je remercie par la même occasion Nelly qui a permis cet échange !

L.

C’est moi qui vous remercie.

Bien amicalement,

Richard