« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?

image

Un auteur :

Lætitia Colombani, née en 1976 à Bordeaux, est une réalisatrice, actrice, scénariste et écrivaine française. Après deux années de classe préparatoire Cinésup à Nantes, elle entre à l’Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière. Elle obtient son diplôme en 1998.

Elle écrit et réalise des courts-métrages, puis deux longs-métrages : À la folie… pas du tout (2002) avec Audrey Tautou, Samuel le Bihan et Isabelle Carré, qui remporte le Prix Sopadin Junior du Meilleur Scénario, puis Mes stars et moi (2008) avec Kad Merad et Catherine Deneuve. Elle travaille aussi pour la scène et coécrit la comédie musicale Résiste en 2015 d’après les chansons de France Gall composées par Michel Berger.

Elle est également comédienne à la télévision et au cinéma, dans une douzaine de longs métrages, dont Cloclo de Florent Emilio Siri, sorti en 2012.
En 2019, on la retrouve dans le rôle de Marie au côté de Catherine Deneuve dans « Fête de famille » de Cédric Kahn.

téléchargement.jpg

Sa bibliographie :

  • La tresse – Livre de Poche :

La-tree.jpg

Quatrième de couverture :

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est réservé et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.
Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

 

  • Les victorieuses – 2019 – Grasset : 

Les-victorieuses

Quatrième  de couverture :

À 40 ans, Solène a tout sacrifié à sa carrière d’avocate  : ses rêves, ses amis, ses amours. Un jour, elle craque, s’effondre. C’est la dépression, le burn-out.
Pour l’aider à reprendre pied, son médecin lui conseille de se tourner vers le bénévolat. Peu convaincue, Solène tombe sur une petite annonce qui éveille sa curiosité  : «  cherche volontaire pour mission d’écrivain public  ». Elle décide d’y répondre.
Envoyée dans un foyer pour femmes en difficulté, elle ne tarde pas à déchanter. Dans le vaste Palais de la Femme, elle a du mal à trouver ses marques. Les résidentes se montrent distantes, méfiantes, insaisissables. A la faveur d’une tasse de thé, d’une lettre à la Reine Elizabeth ou d’un cours de zumba, Solène découvre des personnalités singulières, venues du monde entier. Auprès de Binta, Sumeya, Cynthia, Iris, Salma, Viviane, La Renée et les autres, elle va peu à peu gagner sa place, et se révéler étonnamment vivante. Elle va aussi comprendre le sens de sa vocation : l’écriture.

Près d’un siècle plus tôt, Blanche Peyron a un combat. Cheffe de l’Armée du Salut en France, elle rêve d’offrir un toit à toutes les exclues de la société. Elle se lance dans un projet fou  : leur construire un Palais.

Le Palais de la Femme existe. Laetitia Colombani nous invite à y entrer pour découvrir ses habitantes, leurs drames et leur misère, mais aussi leurs passions, leur puissance de vie, leur générosité.

image

Sa bibliothèque, quatre questions :

 

1.Etes-vous davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Laétitia Colombani : Ma mère a travaillé dans une bibliothèque durant 35 ans, j’ai grandi parmi les livres et je les aime passionnément, sous toutes leurs formes ! J’achète aussi bien des grands formats que des poches, j’emprunte à la bibliothèque et j’adore les livres dédicacés.

2. Décrivez-nous votre bibliothèque ? Une photo ? Plusieurs Photos ?+ photos (biblio, pile à lire…)

Laétitia Colombani : Ma bibliothèque est un élément essentiel de mon appartement. J’ai d’ailleurs fait installer des bibliothèques dans chaque pièce ! Je me sens bien parmi les livres, ils sont une compagnie nécessaire à mon équilibre.

Ma bibliothèque et ma PAL (2).JPG

Ma bibliothèque et ma PAL (3) (1).JPG

3. Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ?

Laétitia Colombani : « Le héros aux 1001 visages » de Joseph Campbell. Je ne sais pas pourquoi je n’arrive pas à me lancer, pourtant il semble passionnant : il propose une analyse de la place du héros dans les mythes.

Le-heros-aux-mille-et-un-visages.jpg

4. Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

Laétitia Colombani : Le premier roman de mon amie la photographe Céline Nieszawer, intitulé « Claude ». Céline est une artiste extrêmement talentueuse dont je suis le travail depuis plus de vingt ans, après ses images j’ai hâte de me plonger dans sa prose !

Claude.jpg

Petit bonus : Pouvez-vous citer un artiste (peintre, sculpteur, dessinateur…) que vous affectionnez particulièrement ?

Laétitia Colombani : Je suis particulièrement admirative du travail de la cinéaste néo-zélandaise Jane Campion, dont j’ai vu tous les films depuis « Sweetie ». Sa « Leçon de piano » est à mon sens le plus beau film jamais réalisé ! Son œuvre est d’une poésie puissante et ses personnages féminins sont d’une densité et d’une force incroyables. Ils sont une source d’inspiration constante pour moi.

téléchargement (3)

 

image

Je suis honorée, Laétitia, que vous ayez participé à ce rendez-vous !

Les lecteurs du blog et moi-même vous en remercions !

Bonne lecture,

L.