Quatrième de couverture :

Top ! Je suis un garçon fougueux, normalien et autiste Asperger. Mon enfance n’a pas toujours été rose à cause de ma différence. Je suis fasciné par les dates et calcule le produit de 247856 par 91 pour m’endormir. En 2012, j’ai participé à l’émission Questions pour un champion, une expérience libératrice. Entre deux épreuves, je trempe toujours une madeleine dans du coca… Je suis… Je suis… Olivier Liron ! Oui !

Mon avis :

Question pour un champion ! Le seul jeu que je regardais chez mes grands parents durant mes années de lycée passées chez eux !

Un moment sacré que nous partagions avec ma mamie, parfois à se moquer de Julien Lepers, (je l’avoue ! Mais, c’était surtout un moment de complicité passé ensemble avant de retourner bûcher mes cours). D’ailleurs il n’était pas toujours tendre avec ses candidats ou bien à l’inverse il pouvait être bienveillant. C’est, exactement, ce sentiment que j’ai retrouvé dans la lecture de ce roman concernant ce personnage si familier des français.

J’ai ressenti beaucoup de nostalgie, d’émotions, de sensibilité à la lecture de ce livre.

Quel roman ! Olivier Liron a le don de nous faire passer par toutes les émotions à travers ses mots parfois plein de tendresse, mais parfois très crus.

Je suis vraiment contente de ne pas avoir lu ce livre plus tôt car j’ai pu découvrir toutes les pépites qu’il  renferme. Il est vrai qu’il y a eu beaucoup de promotion à sa sortie, ce qui est légitime mais cela m’aurait gâché la lecture ! C’est d’ailleurs pour cette raison que je suis souvent en décalage.

Ce livre a fait écho en moi notamment quand on ne rentre pas dans le moule… Mais ce que je perçois à travers les maux/mots d’Olivier c’est que cela en a fait sa force, son caractère (et c’est là, que je me retrouve en lui !).

Merci Olivier Liron pour ce magnifique roman !

Bonne lecture,

L.

Ps : Désolée Olivier, je ne tenterai pas l’expérience de la madeleine dans le coca, ça ne me donne pas du tout envie !

Pss : Par contre, c’est avec plaisir que je découvrirai votre premier roman Danse d’atomes d’or