« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?

image

Un auteur : 

Qu’est-ce qui est mieux pour présenter un auteur ? Lui laisser carte blanche ! Fred le Romancer, c’est à vous !

« Affamée d’histoires et de textes, j’ai englouti très tôt tout ce qui me tombait sous la main des classiques, les bibliothèques rose et verte, le magazine Détective, de la poésie médiévale, des polars, des pièces de théâtre, le dos du paquet de céréales, tout Stephen King, des essais, l’intégrale d’Astérix, des auteurs français, américains, espagnols, russes, des romans initiatiques, à thèse, conceptuels, des recueils de nouvelles…

Aujourd’hui, j’écris en sous-marin des ouvrages pour d’autres, anime des ateliers d’écriture et j’ai l’immense satisfaction de voir mes propres écrits publiés, après quelques (oh si peu) années de travail, de patience, de frustration, de « ça suffit, j’arrête ». Je n’ai pas arrêté.

L’aventure continue.

Sinon, j’ai fait des études de lettres, puis j’ai raté le Capes, alors j’ai eu assez vite des métiers plus ou moins intéressants qui sont allés du secrétariat administratif dans la fonction publique (j’ai démissionné) à des CDI en entreprises, pour des postes épanouissants d’opératrice de saisie pompeusement rebaptisée webmaster, pour bifurquer ensuite vers de la rédaction web, avec une incursion dans le journalisme (j’ai fini par démissionner aussi). Ensuite, je fus adaptatrice de sous-titrage pour la télévision… J’ai arrêté aussi pour devenir autrice, mais je fais aussi du rewriting et des ateliers d’écriture. Et après avoir eu toutes ces expériences, même si ça n’est pas de tout repos, je me sens indéniablement à ma place.

Il y a quelques jours, j’ai lu sur une page facebook dédiée aux échanges de chroniques littéraires, le message paniqué d’une jeune femme, à qui son entourage disait que son choix de faire des études littéraires ne la mènerait nulle part. Elle ne savait plus si elle devait poursuivre ou changer de voie. Elle avait peur de se retrouver sans emploi tout autant que de perdre de vue sa passion pour la littérature. J’aurais voulu lui dire que les choix de filières sont parfois les premiers choix d’adultes qu’on fait, que c’est très angoissant. De plus, le déterminisme social pèse lourd, très lourd, et je ne dirai jamais « quand on veut, on peut », je n’y crois pas. En revanche, je voudrais juste rappeler que parfois, les chemins de traverse réservent de bonnes surprises !

Sinon, je suis bulldozer ascendant oreiller. »

J’adore cette présentation, pas vous ?! Une nana à découvrir et à lire !

Vous pouvez suivre son actualité sur son site internet ou  encore sur sa page FB

Sa bibliographie :

  • ROMAN
    – « 3 bis, rue Riquet », J’ai Lu, 2019, 320 p. ISBN : 978-2290182451
    – « 3 bis, rue Riquet », Denoël, 2018, 324 p. ISBN : 978-2-207-14101-4

3-bis-rue-Riquet.jpg

Quatrième de couverture : Toulouse, un immeuble banal, ou presque… Au RDC : Cécile, traductrice agoraphobe. Quand elle ne guette pas les allées et venues dans le hall, elle s’invente d’autres vies. Au 1er : Lucie, une trentenaire qui espère trouver le grand amour via Internet ; en face, Madeleine, dite comtesse Mado des trottoirs, aux articulations et à la mémoire défaillantes mais à la langue bien pendue. Au 2nd : Marc, l’arriviste qui aimerait bien se débarrasser de la vieille prostituée. Tous ces gens se côtoient sans se voir, jusqu’au jour où la santé vacillante et les dangereuses fantaisies de Madeleine vont les obliger à franchir un palier pour lui prêter main-forte…

  • NOUVELLES – POESIE

– « L’Hiver est une saison chaude » (microfiction) et « Le Premier déjeuner » (poésie), in revue Spasmes
– « Le Chamallow » (microfiction), in revue Spasmes
– « Packing » (nouvelle), in revue Spasmes
– « Le Petit homme-mystère », « La diseuse d’aventure » et « Mme Loyale présente » (nouvelles), in COLLECTIF, Grande foire aux monstres, Éditions CRACH BOUQUIN, 2013, 101 p. ISBN : 979-10-91996-01-3
– « Zombie 77 » (nouvelle) et préface, in COLLECTIF, Pendant que vous dormez, Edition GLSINS, 2011, 163 p. ISBN : 9782953937206
– « La Reconversion » (nouvelle), in COLLECTIF, Anthologie Les Bourreaux, Éditions Parchemins et Traverses, 2005, 199 p. ISBN : 2-95-24693-0-X
– « Le Royaume des Heureux » (nouvelle), in COLLECTIF, Codex Atlanticus Volume 15, 2004, 125 p. ISBN : 2-908254-43-3 – in COLLECTIF, Souffles d’écriture, Éditions Encre de Garonne, 2004, 155 p.

(et plein d’autres, en tant que ghost writer !)

 

image

 

Sa bibliothèque, quatre questions :

 

1. Etes-vous davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Je suis tout ! Papier, numérique, poche, broché, occasion, neufs, dédicacés ou pas… Enfin, tout sauf bibliothèque. J’adore les bibliothèques, mais j’ai encore moins de retenue qu’en librairie, alors j’en sors avec plein d’ouvrages que je n’ai pas le temps de lire et que je rends en retard, donc je paie des pénalités et je bloque des livres pour rien.
Désormais, la maturité aidant, je vais en bibliothèque pour mon fils de 3 ans et des paillettes uniquement. Quant à moi, je tente de rester raisonnable en librairie (sans succès à ce jour) (la maturité a des limites).

2. Décrivez nous votre bibliothèque ? Une photo ?

Ma bibliothèque est en pièces détachées et les livres dorment encore dans les cartons. Je n’ai sorti que mes dictionnaires (Robert, rimes, synonymes, accords difficiles…), dont j’ai besoin pour travailler.

20190604_142244.jpg

Avant septembre, je compte bien me construire ce dont je rêve depuis des années : un mur de livres. J’y rangerai tous mes livres, classés par genre, dans mon bureau !
J’ai tout de même conservé une Pile A Lire (pour les livres papier) et j’ai environ une centaine d’ouvrages en numérique qui patientent (ma PAL de survie).
J’ai commencé « Boréal » de Sonja Delzongle, il y a deux jours, par exemple. Je projette de lire ensuite l’essai de Mona Chollet sur l’espace domestique, « Chez soi ». Je me suis également offert l’intégrale de Michel Tremblay, un auteur québécois dont je n’ai lu que des extraits jusqu’à présent. J’ai très envie de le lire cet été (mais d’ici là, il est possible qu’un autre me fasse très envie aussi et dans ce cas, je ne réponds plus de rien). Puis tant d’autres que je ne peux tous les citer.

Boreal

3. Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ?

« Le maître et Marguerite » de Mikhael Boulgakov. Je sais que je le lirai. Je ne sais juste pas quand. Je ne sais pas pourquoi, chaque fois, je le repose pour saisir un autre ouvrage.

Le-maitre-et-Marguerite-Pavillons-poche-NE

 

4. Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

« La gueule de leur monde » d’Abram Almeida

 

Petit bonus :

Pourriez-vous citer un artiste (peintre, sculpteur, dessinateur…) que vous affectionnez particulièrement ?

Ce n’est pas très original aujourd’hui, mais j’aime énormément l’œuvre de Frida Khalo. J’ai eu la chance de visiter « la Casa azul », maison où elle a vécu avec Diego Rivera, à Mexico City, et musée consacré à son art désormais. J’éprouve toujours une grande émotion devant ses peintures et sa manière d’exprimer la souffrance physique et morale me parle tout particulièrement.

téléchargement.jpg

Mais j’aime aussi les photographies de Susan Meiselas, les performances de Marina Abramovic, mais aussi les sculptures de Rodin, les peintures de Munch, l’œuvre de Claude Cahun… etc.

 

image

Un grand merci à Fred d’avoir accepté de participer à ce rendez-vous qui nous permet de découvrir la lectrice qu’elle est ! 

Très rapidement, je vous reparlerai d’elle puisque je vais bientôt lire son roman,

Bonne lecture,

L.