Les lectures de Louise

" La lecture est une amitié " Marcel Proust

Non classé, Un auteur, sa bibliothèque, 4 questions

Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions : Romain R. Martin

« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?


 

Un auteur :

Romain R. Martin est né à Vire en Normandie. Il est âgé de trente-sept ans et vit aujourd’hui à Paris.

 

Jeune adulte et passionné de musique métal, il quitte le lycée au premier trimestre de terminal pour devenir musicien et travaille avec un petit label breton spécialisé.

 

En 2007, il déménage sur la capitale pour se réorienter vers le montage vidéo et le graphisme. Puis en 2011, il s’engage pour cinq ans en tant que réserviste de la police nationale. Son contrat désormais terminé, il se met à l’écriture de son premier roman.

 

Outre le fait que sa mère l’ait toujours poussé à écrire, c’est l’accumulation de situations improbables, tristes, voire grotesques, rencontrées au sein de la police, et plus généralement au fil de sa vie, qui lui donne tout d’abord le goût de l’écriture. Amateur d’humour noir avec un intérêt prononcé pour le dérisoire, il trouve dans la rédaction de l’imaginaire un refuge et une parfaite scène de théâtre pour y faire vivre ses personnages excentriques.

 

On pourrait aussi vous dire qu’il collectionne les films d’horreur dans le but d’avoir un total et libre accès à son propre vidéo-club, qu’après onze années à vivre avec son chien, il y a du Berger de Beauce dans son premier roman, et que celui-ci a été entièrement tapé à deux doigts… Il aime écouter Pink Floyd à la suite de Carpenter Brut et comme tout fin cuistot, il prépare les pâtes-jambon-gruyère comme personne. Mais ça, c’est une autre histoire…

 

Sa bibliographie : 

  • Vermines – 2017 – Flamant Noir Editions :

Vermines.jpg

Quatrième de couverture : A Bourganeuf, commune isolée de la Creuse, Arnaud Vallaud, jeune taxidermiste asocial et cynique, impose le respect, sinon la crainte, par sa verve et sa mauvaise foi. Accompagné de Pascalin, le simplet du village, sa vie monotone se transforme en séries d’aventures hilarantes et tragiques lorsqu’une armoire normande écrase son chien.

 


Sa bibliothèque, quatre questions :

 

1. Etes-vous davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Romain R. Martin : Au risque de vous surprendre, je ne viens absolument pas du milieu littéraire et j’ai cessé de lire des romans depuis plus de 15 ans maintenant. Les seuls ouvrages que j’ai dernièrement absorbé sont politiques ou métapolitiques. Je possède tout de même une bibliothèque, vestige de mon passé de lecteur. Pour vous répondre, je n’ai aucune préférence sur l’objet, pouvant aimer pour différentes raisons chaque format pour sa provenance et son histoire. J’ajouterai juste que lorsque j’en ai eu le choix, j’ai toujours acheté les ouvrages dans leur version la plus plaisante. Leur couverture. L’esthétisme, à ce moment là, est essentiel. Le fond et la forme. Pour ce qui est des dédicaces, je me souviens en avoir fait le souhait qu’une seule fois au cours de ma vie.

2. Décrivez nous votre bibliothèque ? Une photo ?

Romain R. Martin : Voici un petit aperçu de ma bibliothèque, tout le reste étant mélangé à des photos de famille. Beaucoup d’ouvrages différents, hétéroclites : sur la condition humaine, l’introspection, la mystique, la philosophie, jusqu’au thriller, roman noir ou simple mais puissant roman contemporain. Quelques bandes dessinées également.

 

3. Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ? 

Romain R. Martin : Un trop grand nombre hélas, mais je dirais «  La possibilité d’une île » de Michel Houellebecq et « Voyage au bout de la nuit » de Céline.

La-poibilite-d-une-ile

 

4. Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

Romain R. Martin : Un recueil de nouvelles et de poésies, offert à chaque auteur lors du 9ème festival du livre de la ville de Mennecy auquel je participais pour y dédicacer mon « Vermines ».

Petit bonus :
Pourriez-vous citer un artiste (peintre, sculpteur, dessinateur…) que vous affectionnez particulièrement ?

Romain R. Martin : Il y en a de nombreux. Le premier qui me vient à l’esprit est un réalisateur italien qui a bercé ma jeunesse par l’esthétisme de son œuvre et plus particulièrement ceux de ses premiers films : Dario Argento. En ajoutant à cela, la musique aussi intemporelle qu’avant-gardiste du groupe Goblins –  qui l’accompagnait régulièrement dans son travail –  vous avez ici une formidable alliance du son et de l’image qui me fascine encore beaucoup aujourd’hui.

téléchargement.jpg


 

Merci Romain de votre participation ! Très sympa de vous découvrir !

Bonne lecture,

L.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :