Quatrième de couverture : 

« Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés.
Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six: Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline.
Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos souvenirs, nos vies -, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre . Tous les coups sont permis: nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. »
À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline livre une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

Mon avis :

J’attendais patiemment le nouveau roman de Virginie Grimaldi, je les ai tous lus donc celui-ci devait inévitablement rejoindre le haut de ma pile à lire !

Ouais… Sauf que ma lecture a fait comme le soufflé à la vanille de ma mamie quand nous arrivions en retard : c’est retombé, mon enthousiasme est retombé après les premiers chapitres.

Pfff… Je pense que cela doit venir de moi ! Deux romans « feel good » d’auteurs que j’aime qui ne me comblent pas.

En résumé, j’ai passé un bon moment de lecture mais sans plus.

J’ai apprécié de retrouver ses touches d’humour qui caractérisent la plume de Virginie. L’histoire est sympathique mais je trouve, et ça n’engage que moi, que cela aurait pu être plus creusé. Je ne sais pas le verbaliser mais il m’a manqué quelque chose.

Virginie aborde des sujets qui me plaisent : les liens transgénérationnels, les non-dits… mais j’attendais autre chose. Allez hop ! Je continue avec un autre bouquin !

Je vous invite à le lire pour que vous vous fassiez votre propre idée ! Hâte d’avoir votre retour.

Le rendez-vous est pris pour le prochain ! 😉

Bonne lecture,

L.