Quatrième de couverture :

« Ma petite Romane, on se connaît depuis longtemps, il faut que je vous dise : je vous ai vue sortir en larmes du bureau de ce pneumologue à Marseille. Pourquoi vous cachiez-vous sous une perruque rousse ? »

Romane, 39 ans, regarde avec incrédulité la vieille dame qui vient de lui parler. Jamais Romane n’a mis les pieds à Marseille.
Mais un élément l’intrigue, car il résonne étrangement avec un détail connu de Romane seule : sa véritable couleur de cheveux est un roux flamboyant, qu’elle déteste et masque depuis l’adolescence sous un classique châtain.

Qui était à Marseille ? Troublée par l’impression que ce mystère répond au vide qu’elle ressent depuis toujours, Romane décide de partir à la recherche de cette autre elle-même. En cheminant vers la vérité, elle se lance à corps perdu dans un étonnant voyage
entre rires et douleurs.

UN ROMAN LUMINEUX SUR LA QUÊTE DU BONHEUR,
LA FORCE DES LIENS FAMILIAUX
ET LE COURAGE DE RÉINVENTER SA VIE.

Mon avis : 

L’année dernière, j’ai lu La chambre des merveilles plusieurs mois après sa sortie. Cela signifie que je n’étais pas neutre, même si je ne lis pas les chroniques tant que je n’ai pas lu le livre, j’observais le succès du livre. Quand est arrivé mon tour, j’ai été séduite par la plume de Julien Sandrel, par l’originalité de traiter le sujet, mais la magie n’avait pas opéré pour devenir un coup de cœur, une impression de déjà lu ou vu.

Je m’étais donc promis de lire, dès sa sortie, son second bouquin : chose faite !

C’est simple, j’ai dévoré ce livre ! Les personnes m’ont plu immédiatement, tous sans exception ! J’ai aimé l’histoire, la manière dont Julien l’a abordée… et surtout, j’étais curieuse de poursuivre pour découvrir ce mystère, ces vies, comprendre ces mensonges et non-dits !

Le sensibilité de Julien pour choisir ses mots, décrire ses personnages (avec beaucoup de soin) et surtout détailler les lieux me touche. Cette sensibilité là, est sa force et c’est ce qui me plaît. J’ai l’impression de voir le tableau d’un artiste peintre… et de comprendre son oeuvre. Gare à toi, Louise, tu t’égares !!! Ah, ah !

Mon seul petit bémol, mais vraiment tout petit, c’est que j’aurai bien aimé qu’il y ait quelques pages de plus car l’histoire s’accélère à un moment où j’avais envie de rester dans ce rythme cocooning et prolonger mon temps avec Romane, Juliette, Marie…

A lire, sans faute ! Un roman qui fait du bien !

Bonne lecture,

Louise