« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?


 

Un auteur :

Luce se présente à vous en quelques lignes…

« Journaliste un temps, traductrice de l’anglais et lectrice, j’ai fait des études de lettres, puis d’anglais et suis docteur ès études anglophones.
J’ai vécu en Angleterre, aux Etats-Unis et depuis mon retour en France, à Paris, Poitiers,
Marseille et suis maintenant installée dans le Var. »

J’ai eu la chance d’échanger quelques messages lors de ma lecture de Lola, sérieux ! et je sens une personne passionnée, modeste et très discrète !

Je vous invite à découvrir sa bibliographie ! Elle détonne !

Documents

  • Adolescentes et violentes, éditions Michalon, 1999

téléchargement (1).jpg

  • Femmes de détenus, éditions Buchet-Chastel, 2006

téléchargement.jpg

Quatrième de couverture : La prison, quand celui qu’on aime est derrière les barreaux, c’est comment ? Huit femmes parlent de leur mari ou compagnon, des procès, des parloirs, de l’attente, de leur vie affective et sexuelle, des enfants qui grandissent sans leur père, des permissions de sortie et de la débrouille à laquelle il faut parfois recourir pour adoucir la dureté de la détention… Les motifs de condamnation de leur homme sont divers : meurtre, viol, braquage, trafic de drogue – certaines ont, elles-mêmes, eu maille à partir avec la justice – et les peines purgées sont plus ou moins longues. Souvent, ces femmes sont jugées coupables au même titre que leur conjoint… Toutes disent le poids de la prison sur leur vie quotidienne et celle de leur famille, les angoisses de la réinsertion. Pourtant, elles ont fait le choix de rester solidaires de celui qui est  » tombé « . Certains couples se sont rencontrés ou mariés en prison… Et quelques-uns ne résistent pas à l’épreuve de la liberté retrouvée… La journaliste Luce Michel a voulu écouter ces femmes. Ce sont elles qui exposent les affaires pour lesquelles leur conjoint a été emprisonné. L’important ici, ce n’est pas de refaire l’enquête, mais d’entendre comment Linda, Carine, Marie ou Blanche… parlent de la prison, comment elles vivent avec. Sans être un dossier d’instruction, ni une cour d’appel, femmes de détenus veut simplement dire leur vérité.

Biographie

  • Hemingway à 20 ans, Le Diable Vauvert, 2011

Ernest-Hemingway-a-20-ans.jpg

Livre jeunesse

  • Miami Dog – Mon chien à Miami, Talents Hauts, 2010

Miami-dog-Mon-chien-a-Miami.jpg

Quatrième de couverture : Manon et Martin emménagent à Miami avec leurs parents et leur chien, Paris. Ils font connaissance de Sally, une jeune Haïtienne qui va être la « dogsitter » de leur bouledogue. Un soir, en revenant de l’école, Manon trouve que le chien est fatigué et que son collier a changé… Elle décide de mener l’enquête avec son frère.
Le premier chapitre en français, le deuxième en anglais, etc. De sorte que, pour connaître la suite de l’histoire, il faut passer… de l’une à l’autre langue. Niveau de langue : première lecture en anglais.

Romans

  • Lola, Sérieux ! éditions Pygmalion, 2018, J’ai Lu, 2019

Serieux-Lola.jpg

Quatrième de couverture : Lola, 39 ans, Parisienne, célibataire, sage (parfois), gribouille pour gagner sa vie (c’est ainsi qu’elle décrit sa profession) et… est fan de romances. Une addiction qu’elle dissimule à tous, sauf à son journal. Comme toutes femmes de son âge (oui, enfin, comme toutes femmes), elle espère rencontrer le prince charmant, bien qu’il soit surévalué. Elle préférerait un partenaire, un ami, un amant toujours disponible plutôt qu’un gars avec un cheval, même s’il est blanc. Sérieusement, avez-vous déjà essayé de garer un cheval dans Paris ?
Dans son journal ici publié, Lola parle de son quotidien : rendez-vous avec ses amies, ses rêves, son boulot, les émissions TV, le régime, les soirées, etc. Elle peut être naïve mais jamais stupide. Mais ses lectures, elles, sont des contes de fées… Lola parviendra-t-elle à réconcilier ses deux réalités ?

  • Alice, Superbe ! éditions Pygmalion, 2018

Alice-superbe.jpg

Quatrième de couverture : «Alice est étonnante. Elle a la voix éraillée de ceux qui ont trop fumé. Je trouve que cela a un charme fou, surtout chez quelqu’un qui n’a pas touché une cigarette de toute sa vie. Elle a fait un peu de tout dans le milieu du théâtre, donne des dîners improbables où son mari s’ennuie ferme mais où tous les autres convives boivent trop et parlent fort. Si Sagan était encore parmi nous, elle s’inspirerait d’Alice.» Lola Même pour ses amies telle Lola, Alice est un tourbillon. Mais surtout, Alice est fan d’horoscope. Un sale petit secret qu’elle n’assume pas complètement. Selon ce qu’elle lit le matin, elle est capable de chambouler son emploi du temps. Oui, son addiction va loin… Alors, lorsqu’elle décide de tout changer, agira-t-elle en fonction de la configuration du ciel?

  • Zoé, Fantastique ! éditions Pygmalion, 2019

Zoe-fantastique (1).jpg

 

Quatrième de couverture : «Mais arrête! Tu es superbe, comme dirait Alice. Tu as le corps d’une femme qui donne, qui offre, qui pardonne. Tu resplendis, ta générosité se lit sur tes courbes. Quand on te voit, on n’a qu’une envie : être dans tes bras pour être consolée, dorlotée et que tu prennes tout en charge. Et c’est ce à quoi tu te consacres, te charger des autres! Zoé, tu es solaire, tu dégages une énergie et une bonté rares. Tu es ronde, et alors? Tu es ronde comme ton cœur est immense, ronde parce que rien en toi n’est petit, ratatiné ou mesquin. Le reste, on s’en fout!»
Lola

Oui, si l’on en croit Lola, Zoé est la plus équilibrée de la bande. Et ce n’est pas Alice qui va la contredire. Mariée depuis toujours, mère de trois enfants, éco-responsable et gérant un emploi du temps de ministre, Zoé semble un roc qu’aucune tempête ne peut ébranler. Et pourtant. Une seule petite phrase va bouleverser toutes ses certitudes.
Ses livres de développement personnel lui seront-ils d’un quelconque secours dans ces eaux agitées?


 

Sa bibliothèque, quatre questions :

Etes-vous davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Luce Michel : J’emprunte peu à la bibliothèque, j’aime posséder mes livres, les corner (je sais, c’est un crime !) souligner les passages qui me plaisent, les relire, les prêter… Pour le reste, je suis preneuse de tout : grand format, poche, occasions (que j’achète le dimanche à un bouquiniste sur le petit marché aux puces de La Capte, non loin de chez moi). Je les empile, me les offre au coup de cœur pour un titre, une couverture, un résumé, ou parce qu’il me semble indispensable de les avoir. Ainsi, j’ai acheté tout plein d’Agatha Christie d’occasions et il n’est pas rare qu’une fois chez moi, je m’aperçoive que j’ai déjà le titre que je viens d’acheter ! J’aime les dédicaces quand je connais les auteurs, autrement je n’y prête pas attention.

Je n’ai pas parlé de mes lectures sur tablette !! Oui je lis aussi sur iPad et Kindle mais je me suis aperçue que je gardais moins en mémoire les ouvrages lus sur ces supports. Résultat je privilégie encore et toujours le livre papier mais s’il m’arrive d’avoir un besoin urgent de découvrir un texte ou un auteur je me rue sur ma tablette pour le télécharger !

Décrivez nous votre bibliothèque ? Une photo ?

Luce Michel : J’en ai plusieurs… Une pour les classiques et les titres français, une pour mes dictionnaires (certaines filles dévalisent les boutiques de chaussures ou nourrissent une passion inavouable pour les sacs, moi c’est les dictionnaires, je n’en ai jamais assez, j’adore ça !), et une pour les livres en VO et les traductions. J’y classe d’abord les livres par pays (qu’importe qu’ils soient écrits en VO ou qu’il s’agisse de traductions), puis rassemble les auteurs par affinité. Par exemple, Hemingway est avec Fitzgerald et Dos Passos, parce qu’il me semble qu’ils ont encore des choses à se raconter. Truman Capote est en compagnie de Tennessee Williams. Don de Lillo avec Paul Auster… J’aime assez imaginer ce qu’ils se racontent, leurs vieilles querelles, leurs échanges et critiques.

IMG_2081.jpg

IMG_2083.JPG

Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ?

Luce Michel : Honte à moi, mais il y en a beaucoup. Je suis une acheteuse compulsive… Chaque retour de librairie vient grossir la pile. Je les choisis ensuite en fonction de mon humeur, de la météo, de la saison, du lieu où j’ai envie de lire. La pile ne fait que grossir malgré tout ! Trop peur de manquer de lecture… Et puis, je relis aussi certains titres qui m’accompagnent depuis des années, comme Le Marin de Gibraltar, de Duras, ou Le faiseur de pluie, de Saul Bellow.

IMG_2082.JPG

Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

Luce Michel : Things fall apart, de Chinua Achebe, qu’une amie vient de m’offrir.

Things-fall-apart.jpg

Petit bonus :
Pourriez-vous citer un artiste (peintre, sculpteur, dessinateur…) que vous affectionnez
particulièrement ?

Luce Michel : Guy Tillim, un photographe dont j’aime le travail car à mes yeux, il réinvente le photojournalisme. Ses clichés racontent des histoires fortes et ne comportent aucun jugement. Il donne à voir. Ses images sont simples et c’est ce qui les rend bouleversantes.

 


 

Merci ! Merci ! et encore merci Luce d’avoir accepté de participer ! La spontanéité dont vous avez fait preuve m’a séduite. J’espère avoir l’occasion de vous rencontrer dans les allées d’un salon, qui sait ?!

Bonne lecture,

L.