« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?


 

Un auteur :

Gavin’s Clemente Ruiz est rédacteur au Guide du Routard et auteur de romans.

N’hésitez pas à suivre son actualité sur facebook par exemple car son prochaine livre devrait sortir courant 2019 !

Quelques titres de sa bibliographie :

  • Comment papa est devenu danseuse étoile – 2017 – Livre de Poche :

Comment-papa-est-devenu-danseuse-etoile.jpg

Quatrième de couverture : Depuis qu’il est au chômage, Lucien Minchielli, 47 ans, est affalé sur le canapé du salon. Sophie, sa femme, n’en peut plus. Un jour, subitement, il reprend le sport et s’inscrit au cours de danse de sa fille Sarah, qui en est mortifiée. Paul, le petit dernier, se réfugie chez sa grand-mère, une ancienne danseuse étoile du Bolchoï que son mari a abandonnée à l’annonce de sa grossesse.
Si la danse est une histoire de famille chez les Minchielli, Lucien s’était jusque-là bien gardé de s’y intéresser. Comment la famille va-t-elle survivre à ce nouvel épisode qui bouscule tout son équilibre ? Lucien va-t-il finir par s’expliquer sur cette soudaine et incompréhensible lubie ?

  • Le club des feignasses – 2018 – Mazarine :

Le-Club-des-feignaes.jpg

Quatrième de couverture : Que faire ? Si vous avez un jour appris une terrible nouvelle et décidez d’aller manger une côte de bœuf pour fêter ça,si vous avez envie d’être aux côtés de personnes que vous aimez quand vous en avez besoin,si vous avez toujours rêvé de retrouver l’amoureux de votre jeunesse,si vous voulez chanter (faux) sans qu’on vous regarde de travers,si vous avez un jour fait partie d’un club de plage, et que l’envie vous revient 50 ans plus tard : rejoignez le Club des Feignasses ! Rien ne prédisposait Béa, Alice, Sam, Greg et Elisabeth à se rencontrer. Pourtant, ces amoureux et cabossés de la vie, membres d’un club aussi curieux que chaleureux, apprennent vite à se connaître avec leurs failles, leurs richesses et leurs secrets.Un roman plein d’émotions, d’optimisme et de tendresse qu’anime une galerie de personnages attachants.

 


Sa bibliothèque, quatre questions :

 

1. Etes-vous davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Gavin’s Clemente Ruiz : J’adore les livres sous toutes leurs formes. Grand format, en poche, d’occasion. Même numériques (bien pratiques quand on est coincé par fois au milieu de nulle part). Certains sont dédicacés. J’ai un faible aussi pour les livres que je trouve dans les hôtels et autres guesthouses du bout du monde quand je voyage pour le Routard, mon activité depuis 1999. Deviner qui a lu ce livre, pourquoi le laisser ici, dans ce lieu, la transmission, autant d’émotions qui m’incitent à lire le fameux livre. J’ai découvert John Le Carré ou Laurent Gounelle de cette manière ! Honnêtement, je ne les aurais pas lus autrement.

2. Décrivez nous votre bibliothèque ? Une photo ?

Gavin’s Clemente Ruiz : Avec ma femme, on a emménagé dans cet appartement parce qu’on pouvait construire la bibliothèque de nos rêves ! Livres d’art et d’histoire ou de curiosités à gauche et romans, documents, essais à droite. Par ordre alphabétique. A peu près. Cela déborde un peu, faut l’avouer !

Sinon, pile à lire à côté du lit. C’est énorme. Je devrais même dire 5 piles à lire. Là, je les range… par taille, pour ne plus qu’ils tombent. Enfin, j’essaie. Et ça me rassure de les voir là, près de moi.

IMG_6536.JPG

3. Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ?

Gavin’s Clemente Ruiz : Geneviève Brisac, Le chagrin d’aimer (éd. Grasset). En fait, j’attends depuis longtemps parce que les livres de Geneviève Brisac se dégustent. On ne peut pas les lire d’une traite. Impossible. Il faut apprécier. Alors j’attends. Le bon moment. Il arrive, je le sens…

Le-chagrin-d-aimer.jpg

4. Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

Gavin’s Clemente Ruiz : Le Derviche et la mort, de Mesa Selimovic (L’Imaginaire, Gallimard) et Une femme fuyant l’annonce, de David Grossman (Points Seuil). J’achète en fonction des articles de journaux, des posts Instagram, ou encore suite à une discussion entre amis. Là, j’ai déjeuné avec deux personnes que je ne connaissais pas encore vraiment pour mon travail. Et elles m’ont toutes deux parlé de ces livres avec des yeux qui pétillaient. Souvent un bon signe. Il me tarde désormais de pétiller moi aussi.

 

Petit bonus :

Pourriez-vous citer un artiste (peintre, sculpteur, dessinateur…) que vous affectionnez particulièrement ?

Gavin’s Clemente Ruiz : Antoine VIT, peintre, dont l’atelier à Beaumont-en-Auge en Normandie est un rêve. J’aime ses créations, ses paysages, la mer, sa technique de la poudre de roches colorées. Je lui rends visite régulièrement. Et j’ai l’impression de l’avoir quitté la veille. J’ai la chance de posséder l’une de ses créations. Je la vois, là, au moment où je vous réponds. Un ciel, la mer, le sable. Tiens, ça me rappelle la couverture de mon Club des Feignasses.

Plage-970x490


 

Merci ! Merci Gavin’s d’avoir joué le jeu !! Cela nous a permis de découvrir le lecteur qu’il y a en vous,

Hâte de vous retrouver en 2019 avec votre dernier né,

Bonne lecture,

L.