« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?


 

Un auteur :

Christophe se présente comme un passionné de cinéma en tout genre, des années 40 à nos jours !

Assez tôt, il s’est tourné vers l »écriture et tout naturellement, il s’est orienté vers le roman policier, « un genre qui permet toutes sortes de fantaisies et qui propose un paniel d’histoires très vaste ».

Il travaille actuellement dans une librairie papeterie à Caen dans le Calvados.

Vous pouvez suivre son actualité sur facebook .

 

Sa bibliographie :

Il a publié une nouvelle à compte d’auteur : « Blind test » parue aux éditions Edilivre en 2016. Il a par ailleurs terminé second au concours de nouvelles du salon de Noeux-les-Mines en février 2017.

Son premier roman est sorti en 2017 :

  • Les loups et l’agneau – 2017 – Ravet-Anceau :

Les-loups-et-l-agneau.jpg

Quatrième de couverture : Borg traque inlassablement sa princesse. Il a l’espoir de trouver en de très jeunes filles la pureté et l’innocence auxquelles il aspire tant. Mais, invariablement, ses proies le déçoivent. Surgit alors Slavko, son double diabolique. Lui se charge du sale boulot. Pour multiplier les chances de trouver une véritable princesse, Borg décide de gagner une grande ville : Caen. C’est là que son destin croise celui de Jean. L’homme est un ancien mercenaire aguerri rongé par les fantômes de son passé. Sa nouvelle cible ? Robert Chevallier. L’homme est marié et père d’Alice, huit ans et demi. En acceptant ce contrat, le tueur d’élite ne se doutait pas qu’à son tour, il deviendrait une proie.

  • La méthode Venturi – 2019 – Ravet-Anceau

la-methode-venturi-9782359737691_0.jpg

Quatrième de couverture : Prisonnier de cinq individus aussi mystérieux qu’autoritaires, le capitaine Venturi subit un interrogatoire sévère. Deux semaine plus tôt, trois hommes ont braqué une bijouterie. Lorsque l’un des voleurs est tué par le commanditaire du casse, un certain « Zombie », une enquête singulière démarre pour l’atypique Venturi. Elle le mène de Paris à la Normandie puis entre les mains de ses geôliers du jour.

Comment va-t-il se sortir de cette galère ? Et que viennent faire un agent turc, un Ovni et un indien dans cette histoire ?

 


Sa bibliothèque, quatre questions :

 

1. Etes-vous davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Christophe Dubourg : Livres neufs et d’occasion, pourvu que ces derniers soient en assez bon état. J Une constante : j’aime le livre en tant qu’objet. Je veux pouvoir en tourner les pages, le sentir, l’avoir en main, le ranger dans ma bibliothèque. Ce n’est pas du fétichisme mais juste un besoin quasi viscéral, celui de « posséder ». Et puis j’avoue que j’ai beaucoup de mal avec tout ce qui est dématérialisé, que ce soit les livres mais aussi les dvd, les blu ray, les CD, même si je commence à lâcher du lest sur la musique… Si je n’ai pas de liseuse, et n’en veut pas (CF raison plus haut), je comprends les gens qui en ont une, et le gain de place conséquent.

Poche ou grand format ? « Peu importe le flacon, tant qu’on a l’ivresse ! » J J’aime et j’ai les deux formats. J’accroche assez bien avec le polar en poche, un aspect « roman de gare » qui me parle et que j’apprécie beaucoup. Et puis avouons aussi qu’il est plus facile de tenir et de lire un format poche une fois au lit ! Le grand format affiche peut-être une « tenue » supplémentaire, une certaine prestance mais il ne m’apparait pas forcément plus « noble » pour autant, même s’il me plait également et qu’il fait « joli » dans ma bibliothèque !

 

2. Décrivez nous votre bibliothèque ? Une photo ?

Christophe Dubourg : Une variété dans les époques, une constante dans les genres, un bazar dans son rangement !

Se côtoient sans heurts aucun des romans des années 80 (1880 ;-)), Conan Doyle, Jules Vernes… des années 20 (John Buchan, Agatha Christie, Sax Rohmer, Gaston Leroux, Maurice Leblanc…), des livres issus de chaque décennie jusqu’aux années 2000, 2010 (Brussolo, Bizien, Thilliez, Connely…) Majoritairement du polar donc, mais pas que ! Romans d’aventures (Fenimore Cooper), Fantastique (Dean Koontz, Peter Straub, Stephen King, Graham Masterton…) Aaaah la fameuse collection Terreur chez Presses Pocket dans les années 90 !

50874003_795587840809732_2818759346710642688_n.jpg

Quant à ma Pal… euh… comment dire… Je vous laisse le soin d’ajouter un commentaire à la photo ci-jointe !

50853182_2236619219919475_4941290926937997312_n

3. Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ?

Christophe Dubourg : 

Depuis très longtemps : Capitaines courageux, de Rudyard Kipling
Depuis longtemps : Monstres en cavale, de Cloé Mehdi
Depuis pas très longtemps : Loin des humains, de Pascal Dessaint
Depuis trop longtemps : Seules les bêtes, de Colin Niel
Quand j’écris, je ne lis pas, je n’y parviens pas. Et quand bien même j’y arriverais, je ne le voudrais pas. Pour ne pas être « pollué » par les écrits des autres, pour ne pas reproduire même inconsciemment, telle tournure de phrase ou telle idée lue ailleurs.
Dernier roman lu : « Je serai le dernier homme », de David Coulon, coup de cœur absolu pour ma part. Et c’était début juin donc ça commence sérieusement à dater alors…

 

4. Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

Christophe Dubourg : Fantazmë, de Nicko Tackian. Quand le lirai-je ? Mmmm… revenez me voir dans un an ou deux et on en reparlera ! Je ne lis que très peu mais ça ne m’empêche pas d’acheter !

Fantazme.jpg

Petit bonus :

Pourriez-vous citer un artiste (peintre, sculpteur, dessinateur…) que vous affectionnez particulièrement ?

Christophe Dubourg : Deux me viennent aussitôt à l’esprit : Edward Hopper et John Register. Deux artistes américains dont les peintures représentent assez bien je trouve, la solitude de l’être humain.

Comme peuvent l’être certaines musiques que j’écoute parfois en amont de l’écriture d’un roman, ils sont inspirants. Hopper est célèbre pour ses perspectives, ses lieux dépouillés.

Register m’apparait assez semblable, avec une œuvre assez mélancolique, même s’il est plus lumineux qu’Hopper. Dans les deux cas, j’apprécie le spleen qui se dégage de leurs œuvres, émane de leurs toiles respectives.

Et dans le registre de la bande dessinée, j’aime beaucoup les Tintin, Blake & Mortimer, les comics Marvel, DC, Vertigo, j’en passe et quantité d’autres…

 

Merci beaucoup pour cette petite série de questions sympathiques, Louise !


 

Un plaisir pour moi d’accueillir Christophe et surtout de le laisser nous présenter sa bibliothèque !

Il ne nous reste plus qu’à découvrir l’auteur qui se cache derrière ce beau sourire !

Bonne lecture,

L.