« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?


Un auteur :

Pour une fois, j’ai donné la parole à Pierre-Jean afin qu’il se présente à vous.

J’ai beaucoup écrit entre trente et quarante ans. Avant cela, je me contentais de noter
des idées dans des cahiers, des phrases qui me plaisaient, des assemblages, sans but
précis.

Et d’un coup, en partant d’une situation précise qui m’a touché, j’ai commencé à
écrire mon premier roman. J’en ai finalisé trois pendant cette période, dont
« Débloque » qui a reçu en 2005 un Prix du premier roman, décerné par Manuscrit.com
et le journal Métro. Ensuite, entre quarante et cinquante ans, j’ai créé une société
d’édition de sites internet (hugolescargot.com, un site pour enfants, et jeux-
gratuits.com). Je me disais qu’en devenant mon propre patron, je pourrais écrire autant
que je voudrais… et je n’ai pas écrit une ligne en dix ans !
Je m’y suis remis il y a trois ans, après la cession de ma société, avec un projet de trilogie
qui est finalisée et dont « No Trace », qui est paru le 6 septembre dernier, constitue une
première porte d’entrée. Les deux autres romans sont en cours de lecture chez mon
éditeur, Les Nouveaux Auteurs.

  • No trace – 2018 – Pierre-Jean Verhoye – Les Nouveaux Auteurs

Psycosme

« No Trace » a reçu le Prix Femme Actuelle 2018, ainsi que le « coup de cœur » de Gilles
Legardinier, Président du jury.

Quatrième de couverture : Paris, mai 2015. Raja vient d’apprendre par la police l’assassinat de son conjoint, à Londres. En rentrant à son domicile, elle assiste impuissante à la défenestration de sa voisine et décide de partir, avec son enfant, sur les traces de son mari. Goran, policier brillant et peu causant, l’escorte malgré lui dans cette enquête hors norme. Au même moment, la mère de la jeune femme perçoit, depuis New York, la menace qui plane sur sa fille et envoie un SOS qui sera intercepté par des hackers.
Commence alors une véritable course-poursuite dont personne ne sortira tout à fait
indemne.

« No Trace » est sorti avec l’étiquette « Thriller », l’éditeur souhaitait absolument le
« genrer ». Mais ça n’en est pas un. L’intrigue criminelle qui s’y développe permet aux
personnages de se rencontrer et de partager des moments intenses et positifs…


Sa bibliothèque, quatre questions :

1. Etes-vous davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Pierre-Jean Verhoye : Je consomme essentiellement des livres d’occasion, que j’achète chez des bouquinistes, dans des vide-greniers ou que je trouve dans des boîtes à livres (que j’alimente avec tous les livres pour lesquels je n’ai pas eu de coup de cœur). Je lis beaucoup de livres achetés par ma femme, et nous empruntons aussi en médiathèque quand nous n’avons pas la patience d’attendre une sortie en poche. Je m’intéresse finalement assez peu aux auteurs, en tout cas pas suffisamment pour faire la course aux dédicaces. Et puis, l’immense majorité de mes auteurs préférés sont morts ! (Vian, Barjavel, Bazin, Céline, Pagnol, Baudelaire, Marguerite Duras, Jean-Claude Izzo, Maurice G. Dantec, Ray Bradbury… Pour les auteurs vivants : Houellebecq, Sorj Chalandon (mon auteur français favori), Haruki Murakami, et j’en oublie forcément beaucoup…).

2. Décrivez nous votre bibliothèque ? Une photo ?

Pierre-Jean Verhoye : Nous n’avons pas de bibliothèque mais des étagères de bouquins un peu partout dans la maison, dans toutes les chambres, dans la montée d’escalier, dans un couloir. Des piles aussi, dans notre chambre. J’en ai beaucoup dans mon bureau, tous mes livres préférés en fait, que je relis régulièrement ou que j’ouvre au hasard. Tout ça fait que, quand je cherche un livre sans idée précise de sa localisation, je galère… Sans compter que j’en prête beaucoup…

3. Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ?

Pierre-Jean Verhoye : Je pioche dans celle de ma femme, et quand aucun ne me plait, je marche jusqu’aux deux boîtes à livres de mon quartier. J’ai rarement plus de deux livres à lire…

4. Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

Pierre-Jean Verhoye : « Le château de ma mère » de Marcel Pagnol. Un immense bonheur à lire ! Mais il n’a pas eu le temps de s’installer dans la pile…

Le-chateau-de-ma-mere

Petit bonus :

Pourriez-vous citer un artiste (peintre, sculpteur, dessinateur…) que vous affectionnez particulièrement ?

Pierre-Jean Verhoye :  Deux artistes m’ont beaucoup marqué et continuent de m’impressionner : Egon Schiele pour ses peintures, ses couleurs, la puissance picturale qui se dégage de ses portraits, paysages.

Et, côté sculpture, j’ai toujours adoré Bourdelle. Son musée à Paris est une petite merveille, on découvre son atelier, bien conservé…


Merci beaucoup Pierre-Jean d’avoir accepté de jouer le jeu en vous présentant et répondant aux questions ! 

D’ici quelques semaines, nous retrouverons mon avis concernant votre livre car il fait parti de mes prochaines lectures. Je suis impatiente de m’y plonger.

Encore merci !

Bonne lecture,

L.