Quatrième de couverture :

La grouillante et fantasque tribu Mabille-Pons : Charles clerc de notaire pacifiste, Adélaïde infirmière anarchiste et excentrique. Les enfants libres et grands, trois adoptés. Le quotidien comme la bourrasque d’une fantaisie bien peu militaire.
Jusqu’à ce 20 mars 2017, premier jour du printemps, où le petit dernier manque à l’appel. Gus, l’incurable gentil, le bouc émissaire professionnel a disparu et se retrouve accusé du braquage d’un bureau de tabac, mettant Tournon en émoi.
Branle-bas de combat de la smala ! Il faut faire grappe, retrouver Gus, fourbir les armes des faibles, défaire le racisme ordinaire de la petite ville bien mal pensante, lutter pour le droit au désordre, mobiliser pour l’innocenter, lui ô notre frère.

 

Mon avis : 

C’est décidé : la famille Mabille-Pons compte un membre supplémentaire : moi ! 😊

J’ai passé un super moment de lecture avec ce roman qui est tout à la fois : déjanté, drôle, sérieux… De nombreux clins d’œil au cinéma, à la musique, aux sujets de société comme le racisme, il traite de sujets graves avec beaucoup d’humour.

Mais surtout, oui, surtout il y a beaucoup de finesse dans l’écriture, les mots, le choix des noms, les répliques… ! Je me suis régalée ! Marin, vous êtes drôlement habile avec les mots.

Merci beaucoup Marin pour cette jolie parenthèse ! L’intrigue du roman est simple. C’est le portrait de cette famille qui fait le charme de ce livre. Adoptez-la !
J’oubliais… la sonde double J : au top, j’ai ri ! 😂 (même si je sais que ce n’est point drôle !)

J’espère que nous retrouverons Rose et sa famille !

Un conseil : lisez ce bouquin !

Bonne lecture,

L.

PS : Si vous avez envie de découvrir qui se cache derrière Marin Ledun, n’hésitez pas à lire cette interview en cliquant ici !