Hey !

Qui dit mois de septembre, dit rentrée des classes

téléchargement

dit aussi rentrée littéraire ! !

prix-litteraire_250x352-b

Qu’avez vous donc repéré ? Dites-moi tout, je vous écoute ! Pour ma part, je retiens quelques auteurs que j’apprécie particulièrement comme Jérôme Attal, Amélie Nothomb, Serge Joncour, Agnès Desarthe mais aussi un auteur que je ne connais pas comme Nicolas Mathieu…

Parmi ces sorties, d’autres qui ne sont pas encore sortis comme celui de Cathy Galliègue ou bien qui ne sont pas des nouveautés me tentent également. En effet, comme vous l’aurez constaté, je ne m’intéresse pas qu’aux nouveautés !

Voici quelques exemples avec leur quatrième de couverture pour mieux vous tenter (hi ! hi !) :

  • Et boire ma vie jusqu’à l’oubli de Cathy Galliègue – Editions Emmanuelle Collas Sortie le 5 octobre

Quatrième de couverture : Betty s’efforce de vivre mais, à la nuit tombée, elle se cache et boit pour oublier la mort de son mari, Simon, et pour se souvenir de sa mère. Elle s’abrutit et s’effondre. Dans sa quête de la vérité, les images reviennent peu à peu. Des clichés tendres de l’enfance, une mère trop belle pour être vraie, des souliers rouges… et cette question lancinante : « Elle est où, maman ? » Cathy Galliègue aborde dans Et boire ma vie jusqu’à l’oubli un sujet tabou, celui de l’alcoolisme féminin, et nous offre un roman sans filtre sur la mémoire et le deuil, un diamant brut plein d’humanité et d’espoir. Après une carrière dans l’industrie pharmaceutique en France, elle est partie vivre en Guyane, où elle a animé pendant un saison une émission quotidienne littéraire sur la chaîne Guyane 1ère et où elle se consacre désormais à l’écriture. Son premier roman, La nuit, je mens (Albin Michel, 2017), a remporté un succès d’estime, il est sélectionné pour le Prix Senghor 2018. Et boire ma vie jusqu’à l’oubli est son deuxième roman.

  • Oublier nos promesses d’Elsa Roch – Calmann Lévy

Oublier-nos-promees

Quatrième de couverture :

Dans Paris, la nuit, un flic et des vies brisées …

Emma Loury aimait les causes perdues et dangereuses.
Emma vient d’être découverte, sauvagement assassinée, dans son appartement du IVe arrondissement.
Son amant, un officier français de retour d’Afghanistan, s’est enfui. Le coupable idéal.
Le commissaire Marsac se plonge dans cette enquête avec rage: de l’avis de tous, Emma était une personnalité solaire et une excellente journaliste indépendante,
qui se battait pour les femmes et contre la traite des êtres humains.
Marsac se demande si la vraie raison de sa mort ne serait pas là. Mais alors pourquoi son compagnon a-t-il fui ?
Jérôme a fui parce qu’Emma était toute sa vie, son dernier lien avec ce monde qu’il ne comprend plus.
Il a fui parce qu’il est malade, plongé dans un syndrome post-traumatique, flirtant avec la folie. Il veut massacrer l’assassin comme Emma a été massacrée.
S’engage alors une double chasse à l’homme dans un Paris insoupçonné, en proie aux trafiquants.
Jérôme combat le mal par le mal et Marsac par la loi. Qui retrouvera le meurtrier d’Emma ?

  • L’homme qui voulait aimer sa femme d’Hervé Pouzoullic Editions Anne Carrière

L-homme-qui-voulait-aimer-sa-femme

Quatrième de couverture : Vasilissa a quitté Moscou pour faire sa vie avec Marc, un Breton un peu trop romantique, malhabile mais plein de bonne volonté. Dès son arrivée, tout dérape : amis déjantés, famille bancale, Vasilissa ne sait pas sur quel pied danser… Mais rien ne vient entacher l’idylle de nos amoureux. Rien, sauf peut-être le temps qui passe. Dix ans plus tard, la famille s’est agrandie : deux enfants et un chien. L’amour, lui, se fait plus discret. Marc ne le supporte pas. Il veut aimer sa femme comme au premier jour. Il pense avoir trouvé la solution miracle : il va écrire un livre sur sa femme, et le faire publier. Une lettre d’amour de 300 pages à partager avec la terre entière. Marc a le bonheur ambitieux, peut-être trop. Et parce qu’il est prêt à tout sacrifier à sa quête, il risque de perdre l’essentiel en route… Hervé Pouzoullic est un Breton un peu trop romantique, malhabile mais plein de bonne volonté, marié à une héroïne russe. Il a déjà publié Le Bigorneau fait la roue (Ed. Anne Carrière, 2016)

  • AntidépresSoeurs de Charlotte Léman

41iLrJf85SL._AC_US218_

Quatrième de couverture : Il était une fois deux amies…
Charlotte, pétillante communicante chez Love Empire, la start-up de l’amour, est larguée sans préavis par son gentil mari pour une jeune & jolie collègue. Très mauvais timing avec les rides qui s’installent et cette maudite quarantaine qui approche. Il aurait pas pu plus mal choisir son moment, celui-là ! Bien décidée à renoncer aux hommes, Charlotte se réfugie dans le célibat… et les sextoys. Enfin ça, c’était avant l’arrivée de son nouveau boss.
Valentine, rédactrice au magazine ExceptionnElles, s’essouffle entre ses obligations professionnelles et son rôle de mère de famille. Comme toutes les héroïnes, Valentine a un super pouvoir. Elle a développé au cours des dernières années la faculté de devenir totalement transparente mais, bizarrement, ce pouvoir n’opère que sur son conjoint. Heureusement, son amour de jeunesse va ressurgir du passé (bon ok, on est allé un peu le rechercher) pour réveiller la Belle aux abois endormie.
Mais, au XXIe siècle, hors de question d’être larguée par le prince et de finir seule la soupe à la citrouille ! Et si quarante ans était l’âge de la déraison ? Ce n’est pas une liste de défis élaborée sous perfusion de champagne qui va nous dire le contraire…

  • Le café des délices de Linda Da Silva

51XXALzUL6L._SX327_BO1,204,203,200_

Quatrième de couverture : Envie d’une douce parenthèse ? Linda rêvait d’ouvrir son restaurant, le Café des Délices. Au fil du temps, il devient un lieu magique au coeur de Paris, où les clients, devenant rapidement des habitués, apprennent à se connaître, créent des liens et y trouvent des réponses. Un endroit où tout le monde se réfugie, confie ses joies et ses peines, partage sa vie. Tania et Matéo, ses enfants de quatorze et six ans, lassés d’un monde dans lequel ils ont du mal à trouver leur place, vont passer l’été avec elle au restaurant. Ils vont découvrir ce qui fait la vie, et rencontrer des personnes qui valent la peine d’être connues. De nombreuses personnes vont se succéder, et vont nous entraîner dans leurs histoires. Elles ont toutes uniquement ce lieu en commun, mais elles vont partager encore plus.


Et vous, avez-vous craqué en ce début de rentrée ?
Pour lesquels ? je vous écoute ! J’espère que votre liste ne sera pas trop allongée par ma faute !

J’ai oublié un élément essentiel pour cette rentrée qui nous permettra de nous projeter tranquillement sur 2019, il s’agit du Joyeux Journal de Mathou. Vous verrez, il est aussi beau que le précédent, légèrement plus petit, il se glissera plus facilement dans votre sac, il est disponible, foncez !

Agenda-2019-Mathou

Je voulais aussi présenter le livre d’un auteur que j’apprécie beaucoup autant pour son talent d’auteur que ses qualités humaines, je vous ptesente Samuel Delage !

Je vous souhaite, à tous, une bonne rentrée !

Bonne lecture,
L.