« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?


Un auteur :

Pour une fois, je laisse l’auteure se présenter elle-même ! Emilie le fait si bien !

« Je frôle les 40 ans et j’élève trois garçons. J’ai une vie professionnelle touche à tout, depuis historienne de l’art, gérante d’un hôtel restaurant, diététicienne et maintenant je viens encore de changer et travaille dans le domaine de l’impression.

J’écris depuis que je suis gamine (des textes pleins de rébellion quand j’étais adolescente ^^) et j’ai vraiment plongé dans la mise au monde de romans il y a environ 7 ans. Je dis mise au monde parce que chaque roman demande à être peaufiné, porté et aimé pendant des mois avant d’être prêt à naître. Je suis une lectrice et une auteur éclectique.

Du coup j’écris mes romans de littérature générale sous mon vrai nom, Emilie Riger, et mes romans féminins sous un nom de plume, Emilie Collins. Je vis à la campagne dans une petite ville et j’aime les pique-nique, l’heure du goûter, danser (même si c’est toute seule la nuit dans mon salon) et lire bien sûr.

Je déteste la sonnerie du réveil, les au revoir et passer l’aspirateur. Mais avec deux chats, trois enfants et un lapin, je suis trop souvent obligée de m’y coller ! »

Sa bibliographie :

Les romans sous le nom d’Emilie Riger : 

  • Maux comptent triple, Editions Kobo 12-21, Prix de la Nouvelle Quai du Polar, 100% numérique, 2018

Maux-comptent-triple.jpg

Quatrième de couverture :  » Nous étions inséparables. Trop peut-être.  » Hugo, Baptiste et Jeanne se rencontrent à l’école et deviennent inséparables, unis dans leurs différences face aux Autres, ils s’entraident envers et contre tout. Jusqu’au jour où les Inséparables sont amputés d’un membre. Depuis, tous les ans, les survivants se retrouvent pour commémorer sa mémoire. Même si quinze années peuvent paraître longues, il n’en est rien quand les secrets nous hantent.

  • Le temps de faire sécher un cœur, Les Nouveaux Auteurs, Prix Femme Actuelle Feel Good 2018

Le-temps-de-faire-secher-un-coeu

Quatrième de couverture : Suite à un accident de moto, Raphaël devient aveugle. Son frère Samuel se démène pour l’aider à se relever, mais faire renaître un photographe plongé dans le noir, c’est un défi particulièrement ardu. Sam décide à sa place qu’il doit vivre, en attendant. Est-ce que l’amour d’un frère peut suffire à réparer ? Quand le doute s’installe, c’est chaque personne rencontrée qui est mise à contribution pour faire un pas de plus. Parce que chaque pas accompli peut révéler de nouveaux espoirs. Et vous, sauriez-vous retrouver votre chemin dans le noir ?

Les romans sous le nom d’Emilie Collins : 

  • L’Autre chemin, collection Emoi, 100% numérique, 2016

L-autre-chemin.jpg

Quatrième de couverture : Alors qu’elle rêve de vivre le grand amour, Angel semble condamnée aux échecs sentimentaux. Agacé qu’elle choisisse si mal les hommes, son meilleur ami met sur sa route Samuel… Mystérieux et intense, passionné de plantes exotiques, Samuel fait découvrir à Angel une nouvelle perception du monde et de la vie. Mais le temps leur est compté, car Samuel doit bientôt repartir au Sri Lanka. Jusqu’où Angel sera-t-elle capable de le suivre ? Où cet « autre chemin » que prône Samuel va-t-il les mener ?

  • Les Délices d’Eve, collection Emoi, 2017

Les-delices-d-Eve.jpg

Quatrième de couverture : Ève ne vit que pour une chose  : sa passion pour la pâtisserie. Et la prestigieuse école dans laquelle elle étudie pourrait lui ouvrir les portes des établissements les plus prisés de Paris. C’était sans compter l’irruption du très charmant Zacharie Beauregard dans sa vie. Lorsqu’ils passent ensemble une nuit passionnée, elle ignore qu’il est non seulement un célèbre jeune talent de la pâtisserie, mais aussi son nouveau professeur… Entre carrière et sentiments, Ève devra opérer un subtil dosage.

  • Le goût de tes lèvres (spin off des Délices d’Eve, 100% numérique)

Le-gout-de-tes-levres (1)

Quatrième de couverture : À l’approche de Noël, la pâtisserie Les Délices d’Ève se prépare à la saison des fêtes. Entre deux essais de nouvelles recettes, Claude n’attend qu’une chose, que la jolie Julie vienne déguster son dessert préféré. S’il a terriblement envie de mieux la connaître, encore faut-il qu’il ose enfin franchir le pas…
Avec toujours autant de gourmandise et de nouvelles rencontres savoureuses, retrouvez les personnages et l’univers d’Emilie Collins dans ce spin-off des  Délices d’Ève !

  • Cœur à Corps, collection Emoi, 2018

Coeur-a-corps

Quatrième de couverture : Lorsqu’elle voit partir en fumée l’atelier familial, Romane est dévastée. Charles, son petit ami, se trouvait à l’intérieur et semble être à l’origine de l’explosion, délibérément… Comment a-t-il pu en arriver là ? Certes, il était au plus mal depuis qu’Erik Barn, jeune photographe, s’était fait un nom en lui volant l’un de ses clichés. Romane est déterminée à se venger d’Erik. Elle ne s’attendait toutefois pas à découvrir un homme aussi troublant, passionné par son art…


 

Sa bibliothèque, quatre questions :

 

1. Etes-vous davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Emilie Riger Collins : Je n’ai pas de préférence pour les livres neufs ou d’occasion. Je suis une lectrice impulsive. C’est-à-dire que je vais tomber amoureuse de livres et les acheter. Les rapporter chez moi et me plonger dedans de suite, ou les laisser sur ma table de nuit un moment avant d’y plonger. Quand je cherche un livre précis, je regarde en bibliothèque (j’ai juste à traverser la rue pour aller dans ma médiathèque^^) mais sinon j’ai du mal. En bibliothèque, les livres sont sagement rangés, on ne voit que leur tranche, et je ne sais pas par où commencer ma recherche. Je préfère les poches parce qu’ils se glissent dans le sac, sans me provoquer une scoliose ^^ Mais comme il faut attendre leur sortie un an, je fais souvent l’achat de grand format.

2. Décrivez nous votre bibliothèque ? Une photo ?

IMG_20180701_172219.jpg

Emilie Riger Collins : Ma bibliothèque est regroupée par thèmes. Avec mes formations, j’ai beaucoup de livres d’art, dont j’ai gardé mes préférés. Ils sont souvent très grands et sont un peu à part. J’ai aussi tous mes livres sur les plantes et le corps humain, même chose. Pour ce qui est des romans, ils sont plutôt classés par taille. Sauf deux exceptions. Mes livres dédicacés qui sont dans un endroit à part, et mes auteurs préférés comme Philippe Djian ou John Irving qui sont rassemblés. En fait j’avoue que la dernière fois que j’ai manqué de place, j’ai investi les toilettes. Et du coup j’ai refait toute la déco pour que mes livres se sentent bien ! 😉

Ma pile à lire se répartit entre ma table de nuit et le dessous de ma table basse, sinon quand je la vois trop grande, j’entre dans une phase « lecturovore » et je ne fais plus que ça jusqu’à ce que la pile soit redevenue raisonnable. Je crois que je n’aime pas l’idée que mes livres attendent pour être lus. Comme si je ne tenais pas la promesse que je leur ai faite en les achetant et que je les abandonnais à une solitude douloureuse.

Quant à ma bibliographie, ma « wishlist », elle est énorme ! Je fais des captures d’écran sur mon téléphone et les range dans un dossier à part. Je n’efface la photo que lorsque le livre est arrivé chez moi.

IMG_20180701_172438 (1).jpg

3. Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ?

Emilie Riger Collins : « L’Histoire du corps humain », un essai en 3 tomes sur l’évolution de la perception et de tout ce qui entoure le corps humain depuis la Renaissance jusqu’à nos jours. Le sujet me fascine, le début que j’ai lu est passionnant…mais c’est le genre de livres que je ne peux lire qu’avec un crayon pour prendre des notes, et pour l’instant je n’ai pas encore eu le temps.

Histoire-du-corps

4. Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

Emilie Riger Collins : Les Délices de Tokyo de Durian Sukegawa que l’on m’a prêté et Ad Unum de Didier Fossey, un auteur de polars que j’aime beaucoup.

 

Petit bonus :

Pourriez-vous citer un artiste (peintre, sculpteur, dessinateur…) que vous affectionnez particulièrement ?

Emilie Riger Collins : Ah ça oui, je peux ! Tu m’en voudras si j’en cite plusieurs ?

Comme peintre, Caravage. J’adore son œuvre, ses clair obscurs qui apporte une tension dramatique, et qui a été une révolution dans la peinture à l’époque. Et puis il est le premier à avoir reproduit le visage de personnes réelles dans ces tableaux religieux (tu imagines le scandale quand il a fait le portrait d’une prostituée connue de Rome pour un tableau de la Madeleine…). Un rebelle donc, ça aussi ça me plait ^^ J’adore aussi Van Gogh. L’un de ses tableaux m’a tellement chamboulée qu’il a décidé de ma vocation et de mon entrée à l’Ecole du Louvre, c’est dire…

maxresdefault.jpg

En sculpture, mon œuvre préférée est la Pietà de Michel Ange, cette œuvre m’a tirée les larmes.

PietaSaintPierre.jpg

Et sinon j’adore l’art khmer. J’ai étudié la sculpture cambodgienne pendant plusieurs années, et leurs statues de grès poli surpassent en beauté tout ce que j’ai pu voir.

in_buddha_cambodge.jpg

Plutôt qu’un dessinateur, je préfère te parler de vitraux. Je les ai eux aussi étudiés un long moment, et je reste fascinée par leur beauté changeante au fil des heures et des variations de lumière, de la magie même de ces verres colorés. Le livre à lire, celui qui m’a donné envie de les découvrir, c’est Le Passeur de lumière de Bernard Tirtiaux.

Le-paeur-de-lumiere.jpg

Pffff… Je suis trop bavarde, hein ?


 

UN GRAND MERCI Emilie ! Merci pour ta spontanéité, et non, rassure toi, tu n’es pas trop bavarde, tu es juste passionnante ! Je n’ose pas imaginer la longueur d’un coup de fil… 

J’ai découvert Emilie sur ma page FB Les lectures de Louise lors du rendez-vous du dimanche soir qui consiste à partager sa lecture en cours, puis nous avons échangé en message privé ! 

J’ai accroché immédiatement à cette personnalité pétillante, vive et joyeuse ! 

J’espère que vous aurez envie de découvrir ses bouquins, pour ma part, je vais débuter, dans le courant de l’été, son petit dernier Le temps de faire sécher un cœur, Les Nouveaux Auteurs. J’aurai donc l’occasion de vous en reparler très vite !

Bonne lecture,

L.