Quatrième de couverture :

L’année de ses six ans, à l’été 1976, Mat a perdu ses parents dans l’incendie de leur manoir en Bretagne. Rien n’a survécu aux flammes, pas le moindre objet.
Mat est aujourd’hui propriétaire d’un dépôt-vente. Comme à chaque retour de congés, il passe en revue les dernières acquisitions. La veille, ses employés ont récupéré un album photos à couverture de velours. Sur chaque page de cet album, des photos de lui enfant. Sauf que cet album ne devrait plus exister. Il ne peut pas exister. Et pourtant…
Mat a toujours aimé se raconter des histoires, mais à quarante ans passés, il semblerait que la sienne lui ait échappé. De Montreuil à la pointe du Finistère, cherchant à comprendre quel message la vie veut lui adresser, il traquera les vérités, ses vérités, celles que recèle un album de famille resurgi brutalement des décombres.

Mon avis :

Ravie de retrouver l’écriture de Lorraine Fouchet !

C’est un beau roman, une jolie histoire avec des personnages très attachants, cabossés mais sympathiques et surtout avec des valeurs !

Ce roman a pour toile de fond la famille, les liens entre les générations, je trouve ce roman positif et cela fait du bien.

Cela fait plusieurs livres de Lorraine que je lis et je perçois dans son écriture une touche d’espoir, l’homme est bon ! J’ose y croire ! Si, si !

J’ai pris du plaisir à le lire et j’ai même ressenti un petit pincement de laisser Kim, Clovis, Côme…

Mais je vais me consoler en me disant que j’ai Poste restante à Locmaria dans ma pile à lire 😉

Lorraine, j’aime vos histoires ! Continuez pour notre plus grand bonheur !

Bonne lecture,

L.