Quatrième de couverture :

Paul Serinen est une sorte d’Arsène Lupin des temps modernes. Solitaire, discret et audacieux, il a réalisé un coup de maître. Il laisse derrière lui un diamantaire piqué au vif et un butin dissimulé avec son revolver sous sa véranda.
Depuis, sa belle demeure d’Etretat a changé de propriétaires. Mais le passé n’est pas fait pour rester enterré…

Mon avis :

J’attraperai ta mort est le second roman que je lis d’Hervé Commère !

Je les lis dans le désordre puisque celui-ci a été publié en 2009 et Ce qu’il nous faut c’est un mort en 2016. Plusieurs années entre ces deux histoires, d’autres romans entre et pourtant une similitude : l’originalité de la construction de l’histoire !

Voilà, c’est ce qu’il me plaît chez Hervé Commère, il est original dans ses histoires et dans la construction ! Il est très minutieux.

J’attraperai ta mort est un roman de 150 pages très bien ficelé où nous découvrons l’histoire de cet escroc assez sympathique dans une première partie. Puis, dans une seconde partie, nous comprenons beaucoup de choses : pourquoi, comment, qui ?!

Hervé s’amuse avec le lecteur et le temps : on navigue entre passé, présent… Un véritable acrobate !

J’ai retrouvé l’écriture précise et efficace que j’avais perçue dans Celui qu’il nous faut c’est un mort !

En conclusion, je vais poursuivre la découverte de l’auteur avec d’autres titres qui sont dans ma pile à lire.
Je reste curieuse de savoir si je vais être autant bluffée avec les prochains !

Bonne lecture,

L.