« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?


 

Un auteur :

Nicole Chappe est née à Tulle en Corrèze. Elle a passé son enfance à la campagne. Elle s’est rapidement passionnée pour l’écriture.

Elle a suivi des études d’économie gestion commerciale et exerce comme professeur à Pamiers.

En 1999, elle publie son premier roman Boucles blondes puis huit autres titres suivront. Nicole écrit également pour la jeunesse dès 2004 avec Les contes d’Albertine.

Sa bibliographie :

Jeunesse : 

  • Les Contes d’Albertine, contes pour enfants – 2004 – Éditions Le matériel Scolaire

téléchargement (7)

  • La Phrase, roman jeunesse – 2004 – Éditions Le matériel Scolaire

la%20phrase%201.JPG

  • Ambiance glaciale, roman jeunesse – 2005 -Éditions Le matériel Scolaire

téléchargement (6)

  • Vol de toiles sur la toile, roman jeunesse, 2006 – Éditions Le matériel Scolaire 

téléchargement

  • Les Aventures de Tiennou, contes pour enfants – 2012 – Éditions ADM
  • La maison dorée – Janvier 2018 – 5 Sens Editions – Suisse

La-maison-doree

Quatrième de couverture : D’où vient ce mystérieux message collé sur le parapluie de Flo à son retour du collège ? Intriguée, elle se confie à son amie Elsa. Toutes les deux décident d’en parler à Max, un passionné des codes secrets. Lui seul peut les aider ! En un éclair, l’énigme est résolue,  cependant une question demeure : s’agit-il d’un simple jeu ou d’une histoire sérieuse ? Les jours suivants, Max se fait silencieux…

Le bout de papier n’a pas dit son dernier mot ! Il conduit Flo et ses amis à La Maison des Bulles où une inconnue leur raconte une étrange histoire : un chercheur vient de faire une découverte géniale mais des voleurs sans scrupules l’ont dépouillé de sa dernière trouvaille.

Voilà  les nouveaux amis prêts à braver tous les dangers pour aider l’inventeur à retrouver ce qui lui appartient. Mais l’affaire n’est pas simple et ils vont de surprise en surprise. Parviendront-ils à atteindre leur but ?

Romans : 

  • Boucles blondes, Éditions Le ver Luisant, 1999

téléchargement (4)

Quatrième de couverture : Un livre rafraîchissant pour la mémoire, à déguster pleinement pour la tendresse des instants de vie dont il témoigne, un livre à deux lectures qui vous fera rire et souvenir peut-être de vous-même, un livre à deux publics, pour les plus jeunes ou les aînés, coup d’œil permanent sur un passé proche où se mêlent parfums d’enfance et goût du terroir, un livre baroque mais simple comme la vie
vue par une petite fille de huit ans.
Nicole CHAPPE signe là le premier volume d’une oeuvre originale qui séduit par l’authenticité du récit d’une histoire qui est souvent le miroir de la nôtre.

  • À Samedi, peut-être…, Éditions Le ver Luisant, 2001

téléchargement (3)

Quatrième de couverture : Dans ce deuxième tome, tendre et émouvant, parfois dur comme les leçons de la vie découverte par une petite fille à la charnière de l’adolescence où beaucoup retrouveront les odeurs des souvenirs d’une France en pleine mutation, Nicole Chappe nous offre la suite de Boucles blondes en conjuguant avec le même bonheur, authenticité du vécu et parfum d’un terroir, racines naturelles de l’être en construction.
Un livre simple et vrai : voici Marianne, dix ans, qui entre en sixième au lycée. La voilà sur le chemin du départ qui, le samedi suivant, sera celui du retour, dans ce pays corrézien des années soixante… Et la chrysalide va s’ouvrir…

  • Le Capitaine sans bateau, Éditions Les Monédières, 2008

téléchargement (1)

Quatrième de couverture : « Tous se taisent, à présent. Claire est maintenant très calme, elle est ailleurs. Elle n’a plus envie de paraître, de se forcer, elle veut être elle-même, enfin. Si elle pouvait, elle partirait là-bas, rejoindre le Capitaine, ou bien tout simplement dans le Limousin, dans sa famille, là où elle se sent bien. Ce soir, elle en a assez de jouer les figurantes devant ces fantoches qui ne voient la vie qu’à travers les technopoles et les ordinateurs… Sa main tripote une boulette de mie de pain, ses yeux fixent son assiette comme une mer où naviguerait un bateau ».
A travers le personnage de Claire, jeune femme d’origine provinciale, l’auteur nous amène à nous interroger sur la profondeur des relations humaines dans le monde d’aujourd’hui. Un roman d’actualité où les rêves d’amitié et d’amour se heurtent parfois à l’individualisme et à la solitude des grandes villes.

  • Lili des oiseaux, Éditions Les Monédières, 2011

téléchargement (5)

Quatrième de couverture : C’est lors d’un camp d’été, à la campagne, que deux adolescents, William et Elisabeth, se rencontrent. Sans que rien ne se dise, sans la moindre promesse, l’espace d’un instant tout se noue. Passent les années, d’approches fugaces en occasions manquées, d’envol à tire-d’aile au sentiment confus d’avoir raté quelque chose… Mais Elisabeth, Lili, n’est-elle pas née sous le signe des oiseaux ? A l’image de ces créatures discrètes et craintives qui s’enfuient dès qu’on s’approche un peu trop près, ils tentent de se retrouver pour conjuguer durablement les saisons du bonheur…
Chorégraphie sentimentale de tous les temps, leur histoire se concrétisera-t-elle ou, comme les moineaux en hiver, seront-ils dispersés par les vents du destin, soumis au froid et aux incertitudes de la vie, éparpillant les brindilles d’un nid, porteuses d’espoir ?

  • Bonsoir, Messieurs ! Éditions ADM, 2012

Bonsoir-messieurs-couverture-002-e1489559020844-176x300

Quatrième de couverture : Entre sa grand-mère et les contes de Perrault, Alexandra ne savait plus qui croire. L’une l’avait si souvent mise en garde contre les hommes quand les autres lui promettaient tous les princes de la Terre, à grand renfort de pantoufles de verre et de diamants.
Sans doute Madeleine savait-elle de quoi elle parlait, mais monsieur Perrault offrait le rêve. S’il mentait, combien sa vie serait triste !
Pourtant, plus le temps passait et plus il semblait donner raison à Madeleine. La planète ne serait-elle peuplée que de mufles, de menteurs, de tyrans domestiques ou autres personnages peu affriolants ? A moins qu’Alexandra n’ait sa part de responsabilités !
Une égratignure à la gent masculine, rythmée d’expressions quasi réflexes du langage quotidien. Tout au long du livre, chacun peut s’amuser à dénicher la perle rare mais il faut avoir un caractère bien trempé pour ne pas sortir de ses gonds et réussir à clouer le bec à tous les tristes sires. Sans lâcher la proie pour l’ombre ni trop espérer nager dans le bonheur, il est peut-être possible alors de trouver chaussure à son pied…
A prendre bien sûr au second degré. Quoique !

  • Une enfance en Limousin dans les années 1960, GESTE Editions, 2014

téléchargement (2)

Quatrième de couverture : Dans un petit village du Limousin au début des années 1960, Marianne partage son temps entre l’école, sa famille et la ferme. Curieuse et éveillée, elle
observe les êtres et les choses qui l’entourent, étonnée parfois, critique souvent, intéressée toujours. Mais à dix ans, finie la liberté ! Marianne entre en sixième au lycée et découvre la vie de pensionnaire.
Un regard tendre et émouvant sur un passé à la fois proche et lointain où se mêlent parfums d’enfance et goût du terroir. l’apprentissage des leçons de la vie à la charnière de l’adolescence où beaucoup retrouveront les souvenirs d’une France en pleine mutation.

*Note de Nicole : (reprise de Boucles blondes et de A samedi peut-être… en un seul volume par GESTE Editions. J’ai enlevé les dessins et les poésies mais conservé les recettes de cuisine qui rythmaient la vie de tous les jours).

  • Mille ans plus loin – 2017 – 5 Sens Editions

61100

Quatrième de couverture : Vers l’An 1000, Sei Shônagon, Dame de compagnie à la Cour de l’empereur du Japon, nous a livré ses pensées sur le monde qui l’entourait. Au fil de ses observations, elle a décrit dans une oeuvre magnifique avec délicatesse mais sans concession les êtres et les choses de son temps, peinture intimiste, spontanée, parfois espiègle et aussi critique de sa vie au jour le jour.
En réponse à l’auteur, Mille ans plus loin est un kaléidoscope d’impressions mêlant petits bonheurs et grands déplaisirs, nature splendide et constructions folles de l’homme, autant de touches de couleurs sur le film de nos existences où le positif, le négatif, le naturel et l’artificiel sont omniprésents jusqu’à nous laisser croire à une part d’universalité dans les émotions humaines.
À l’heure de la robotique, des nanotechnologies et de la découverte des exoplanètes, en Extrême-Orient comme en Occident, les oiseaux chantent encore, la lune éclaire nos songes de la même lumière et si les maisons ont une autre architecture, elles abritent toujours notre intime quotidien. Et les Hommes continuent d’aimer et de détester, oubliant de profiter pleinement des saisons et des jours…
Dans le temps comme dans l’espace, notre monde est très éloigné de celui
de Sei Shônagon et pourtant… Mille ans plus loin, au fond, avons-nous
tellement changé ?

  • Une vie couleur pastel – 2016 – Editions Lucien Souny

Une-vie-couleur-pastel

Quatrième de couverture : Amy n’a jamais été une enfant comme les autres.D’où lui viennent ce teint de porcelaine et ces cheveux couleur de feu dont les enfants se moquent à l’école?Elle se reconnaît mal dans cette famille de solides paysans qui font passer le travail avant toute chose.Elle,elle adore dessiner!Privée de tendresse et d’une santé fragile,Amy se sent isolée parmi les siens.Et le monde extérieur n’est pas tendre non plus.Aussi,très vite,elle décide qu’elle partira ailleurs pour une vie meilleure.Malgré les réticences de son entourage,elle met tout en œuvre pour faire de sa passion un métier.Enseigner le dessin ne lui suffira pas.Sa soif de créativité la pousse,un crayon à la main,à passer son temps à imaginer des vêtements pour habiller les femmes ou à courir la campagne pour croquer les paysages.Devenue une superbe rousse aux yeux verts que les hommes dévorent du regard, Amy découvre l’univers de la mode.Mais ce monde lui réserve bien des surprises..

  • Astrid – 2018 – Spinelle

Astrid

Quatrième de couverture : Saleté de réveil, il ne s’arrêterait donc jamais ! Une sonnerie provocatrice, agressive, stridente, persistait pour l’obliger à prendre conscience de la réalité…Tranquillement allongé à ses côtés, Laurent n’avait pas bougé d’un pouce. Pour lui, il n’était pas encore temps de quitter le monde des rêves. Nathalie s’étira, respira un grand coup et fit le point. Cinquante ans… Et alors ! De quoi se plaignait-elle ? Sa vie était plutôt confortable et beaucoup auraient bien voulu être à sa place. En posant le pied par terre ce matin-là, elle ne se doutait pas de ce qui l’attendait…

 


 

Sa bibliothèque, quatre questions :

1. Etes-vous davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Nicole Chappe : Je préfère les livres neufs, peu importe qu’ils soient grand format ou poche. J’aime sentir l’odeur du papier et être la première à ouvrir les pages, un peu comme si l’auteur l’avait écrit pour moi. Il m’arrive de lire des livres qu’on me prête mais s’ils me plaisent vraiment, je peux très bien les acheter ensuite, simplement pour les avoir. D’une manière générale, j’aime garder les livres que j’ai appréciés. Pour ces raisons, j’emprunte rarement des livres en bibliothèque : je devrais partager l’histoire avec les autres et je sais d’avance qu’il me faudrait m’en séparer…

Quand il s’agit de livres anciens, leur état m’importe peu, au contraire. Mais ceux-là ont l’épaisseur du temps…

Ah, les dédicaces ! Oui, bien sûr, elles me font plaisir. Certaines sont très originales et je les apprécie d’autant plus.

2. Décrivez nous votre bibliothèque ? Une photo ?

Nicole Chappe : Ma bibliothèque contient les livres que j’ai lus et tous les autres… Ils sont arrivés à moi de diverses façons : un achat, un cadeau, une caisse découverte au grenier ou chez un brocanteur… J’entasse, je garde… tout ou presque, dans un parfait désordre. Je n’aime pas jeter un livre sauf si son contenu me dérange au point de ne pas pouvoir en supporter la vue. Il y a aussi sur mes étagères beaucoup de livres de mes amis auteurs, que je les ai achetés ou qu’il m’aient été offerts et bien sûr les livres de mon mari !

Un morceau de ma bibliothèque.jpg

3. Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ?

Nicole Chappe : En fait, c’est un livre à relire ou plutôt plusieurs… Les livres de ma pile à lire pour une première lecture n’y restent jamais longtemps. Si j’éprouve l’envie de découvrir un livre, je le fais très vite. S’il n’est pas lu dans le mois, je le range sur une étagère pour plus tard et il risque d’y rester un bon bout de temps… Ce n’est pas de la faute du livre puisque je ne l’ai pas lu mais bien de la mienne. Je « bloque » parfois pour une raison inconnue : la couverture, la quatrième de couverture ou les premières pages…

En revanche, les livres à relire restent des mois sur la pile. Je les prends, en relis des passages, les repose, les reprends des semaines après mais ils restent toujours près de moi. On y trouve en ce moment un roman de Jane Austen, des poèmes de Musset et de Lamartine, quelques livres illustrés, des livres de citations ou d’expressions françaises, les mots latins du français ou encore le français écorché… mais sur le dessus, mon préféré, est une traduction d’un livre écrit vers l’an 1000, au Japon, par Sei Shônagon : les fameuses Notes de chevet. De temps en temps, j’en reprends des passages, au hasard. Une merveille !… Ce livre m’a tellement impressionnée ou plutôt touchée, je me suis sentie si proche de l’auteur que j’ai voulu lui répondre à ma façon. Et c’est ce qui a donné Mille ans plus loin, un de mes derniers écrits. Je les ai étalés pour vous sur ma table de chevet pour la photo…

Photo pile à relire.JPG

4. Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

Nicole Chappe : L’ombre du vent, de Carloz Ruiz Zafon. Mais je crains que, lorsque vous lirez ces mots, il n’y soit déjà plus car j’ai bien l’intention d’en continuer la lecture dès ce soir et de le terminer bien vite car il est passionnant…

L-ombre-du-vent

5. Enfin, pourriez vous me citer un artiste (peintre, sculpteur, dessinateur…) que vous affectionnez particulièrement ?

Nicole Chappe : Françoise Nikitine – Peintre. Elle fait des expositions et on trouve aussi sa peinture dans ses livres. J’aime beaucoup…

 


 

Un GRAND MERCI à Nicole d’avoir accepté de participer à ce rendez-vous.

C’est un honneur pour moi de vous présenter Nicole, qui est une personne adorable, sensible, discrète, et que j’ai eu la chance de côtoyer lorsque maman tenait la librairie, et de croiser encore régulièrement !

Vous pouvez la retrouver au Salon du Livre de Pamiers le 2 et 3 juin 2018 en bonne compagnie avec à ses côtés Philippe Ward, Christophe Vasse, Sophie Séronie-Vivien, Georges-Patrick Gleize, Hélène Legrais… et bien d’autres, autant pour ravir les grands que les petits !

Je vous laisse découvrir le programme sur le site du salon ici

Merci !

Bonne lecture,

L.