Les lectures de Louise

" La lecture est une amitié " Marcel Proust

Un auteur, sa bibliothèque, 4 questions

Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions : Clarisse Sabard

« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?


Un auteur :

Clarisse Sabard est une romancière niçoise férue de lecture et de robes vintage, persuadée d’avoir vécu à New-York quelque part entre les années 1920 et 1950. Romancière aux éditions Charleston, lectrice compulsive, rêveuse, amoureuse de la nature.

Retrouvez son actualité sur :

  • son compte Instagram ici
  • son compte Facebook ici
  • son compte Twitter ici

Sa bibliographie :

  • Lola – 2016 – Editions Charleston

51VVqyOAIcL._SX195_

Quatrième de couverture : Marianne et Thierry se rencontrent sur une plage à Nice, dans les années 70. C’est le coup de foudre. Très vite ils se marient et tentent d’avoir un enfant. Mais le sort en a décidé autrement. Jusqu’à ce qu’un coup de téléphone change à jamais leur vie? Lola est le prequel du roman Les lettres de Rose, lauréat du Prix du livre romantique.

  • Les lettres de Rose – 2016 – Editions Charleston

Les-lettres-de-Rose.jpg

Quatrième de couverture : Lola a été adoptée à l’âge de trois mois. Près de trente ans plus tard, elle travaille dans le salon de thé de ses parents, en attendant de trouver enfin le métier de ses rêves : libraire.

Sa vie va basculer lorsqu’elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange héritage : une maison et son histoire dans le petit village d’Aubéry, à travers des lettres et des objets lui apprenant ses origines.

Mais tous les habitants ne voient pas d’un bon œil cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu’elle ne le voudrait…

  • La plage de la mariée – 2017 – Editions Charleston

La-plage-de-la-mariee.jpg

Quatrième de couverture : Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. L’hôpital l’appelle, ses parents viennent d’avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Celle-ci va révéler à Zoé qu’elle lui a menti depuis toujours : l’homme qui l’a élevée n’est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ». Zoé va rester quatre mois dans le déni, puis finit par craquer et se décide à partir à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé à l’américaine, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toutes ces années. L’arrivée d’un beau touriste pas comme les autres, Nicolas, va la perturber au plus haut point.

  • Le jardin de l’oubli – 2018 – Editions Charleston

Le-jardin-de-l-oubli.jpg

Quatrième de couverture : « Peu à peu, alors que le train avançait, elle se laissa emplir par la douce certitude que, désormais, sa vie lui appartenait. Elle filait vers son destin, là où rien ni personne ne pourrait plus l’entraver. » 1910. La jeune Agathe, repasseuse, fait la connaissance de la Belle Otero, célèbre danseuse, dans la villa dans laquelle elle est employée. Une rencontre qui va bouleverser sa vie, deux destins liés à jamais par le poids d’un secret. Un siècle plus tard, Faustine, journaliste qui se remet tout juste d’une dépression, se rend dans l’arrière-pays niçois afin d’écrire un article sur la Belle Époque. Sa grand-tante va lui révéler l’histoire d’Agathe, leur aïeule hors du commun. En plongeant dans les secrets de sa famille, la jeune femme va remettre en question son avenir.


Sa bibliothèque, quatre questions :

 

1. Etes-vous davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Clarisse Sabard : D’une façon générale, je privilégie les formats poche, car ça prend moins de place dans la bibliothèque et on peut facilement les transporter. Mais quand j’aime vraiment un auteur, j’achète systématiquement en grand format. La plupart du temps des livres neufs… à moins que mes pas me mènent vers des endroits où il fait bon chiner… dans ces cas-là, avec plein de livres d’occasion qui me font de l’œil, je ne réponds plus de moi 🙂

 

2. Décrivez nous votre bibliothèque ? Une photo ?

30784626_1252983681505333_1307145273_n

sur ma table de chevet

Clarisse Sabard : Je suis cette nana qui essaie d’ordonner sa bibliothèque, en vain. J’essaie de ranger mes romans par éditeurs et par genre, mais il y a toujours quelques titres qui se retrouvent posés là où il y a de la place, finalement 😀 J’ai également une immense pile à lire sur ma table de chevet, car, de par mon activité d’auteur, j’ai noué des liens avec des attachés de presse… qui m’envoient sans cesse des nouveautés !

31028841_1252983598172008_1192730019_n

Une de mes 5 bibliothèques. Consacrée au polar/thriller, fantastique, young adult…

 

3. Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ?

Clarisse Sabard : Aucune idée! Peut-être un Mary Higgins Clark, romancière que je lisais beaucoup étant plus jeune, mais qui m’a lassée avec ses schémas identiques à chaque roman.

 

4. Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

Clarisse Sabard : Le dernier Michel Bussi. Je viens de découvrir sa plume avec Un avion sans elle, et j’ai eu la surprise de recevoir son nouveau roman.

Sang-famille

5. Enfin, pourriez vous me citer un artiste (peintre, sculpteur, dessinateur…) que vous affectionnez particulièrement ?

Clarisse Sabard : Mon peintre préféré: Edward Hooper. J’aime ses peintures, dans lesquelles il a su saisir l’essence du quotidien de l’Amérique des années 50. Ça me parle beaucoup !

 


 

Ravie d’avoir partagé ce moment avec Clarisse Sabard ! Elle est pétillante, vive, et spontanée !

Merci à vous ! 

Bonne lecture,

L.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :