Quatrième de couverture :

Quand la mort frappe à la porte, personne ne peut y échapper… Mai 2005, deux corps enlacés dans une mare de sang, sont retrouvés dans la cuisine d’un appartement HLM de Roubaix, où vivent Cathy, une femme divorcée depuis dix sept ans et son fils Laurent.

D’apparence heureuse et épanouie,
Cathy garde un lourd secret qui la ronge de l’intérieur.
Quand vient la nuit, de vieux démons apparaissent et l’empêchent de dormir.
Enfermée à double tour dans sa chambre, elle prie pour ne pas être en proie à ses pires cauchemars.

Pourtant, une nuit de printemps, tout ce qu’elle redoutait, finit par se réaliser…
Qu’a-t-il bien pu se passer derrière les murs de cet appartement ?


Mon avis :

Je découvre la plume d’Amélie avec cette nouvelle : angoissante et efficace !

Une histoire trop courte à mes yeux car j’ai adoré ! J’aurai aimé en savoir plus sur Catherine mais aussi sur son fils Laurent. Comment Catherine en est venue à craindre son fils ? Pourquoi le père est absent ? La nouvelle est bien dosée, c’est juste que je suis un peu curieuse !

Vous aurez compris que j’ai passé un bon moment de lecture avec cette nouvelle de 140 pages. Amélie sait nous tenir en haleine et je me suis sentie angoissée, au fil des pages, pour cette maman désœuvrée. Je n’en dirai pas davantage sur l’histoire afin de ne pas trop en dévoiler.

Hâte de découvrir Amélie dans son roman Le silence des aveux.

Ps : j’aime beaucoup la photo de la couverture !

Bonne lecture,

L.


Si vous souhaitez en savoir davantage sur Amélie de Lima, je vous invite à lire l’article « Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions » qui lui a été consacré le 21 mars 2018 en cliquant ici.

Je vous remercie,
Bonne lecture,
L.