« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?


Un auteur : 

Camille Anseaume est écrivain et journaliste. Elle tient également le blog « Une odeur de café ».

 

Sa bibliographie :

  • Un tout petit rien – 2014 – Kéro

Un-tout-petit-rien

Quatrième de couverture : « On n’a ni projets ni même le projet d’en avoir. Le plus gros engagement qu’on ait pris ensemble, c’était de se dire qu’on s’appellerait en fin de semaine. C’était quand même un mardi. On s’aime surtout à l’horizontale, et dans le noir, c’est le seul moment où on n’a plus peur de se faire peur, où on ose mélanger nos souffles sans redouter que l’autre se dise que ça va peut-être un peu vite. C’est beaucoup plus que sexuel, c’est beaucoup moins qu’amoureux. C’est nos culs entre deux chaises, c’est suffisant pour faire semblant de faire des bébés, pas pour en avoir. » Avec un humour et une justesse remarquables, Un tout petit rien raconte l’histoire d’un choix. Le choix que fera une jeune femme enceinte de l’homme qui partage ses nuits, mais pas beaucoup plus. Un très joli roman, aussi intime qu’universel, sur le passage mouvementé d’une existence à une autre

  • Ta façon d’être au monde – 2016 – Kéro

Ta-facon-d-etre-au-monde

Quatrième de couvertureLe monde de Camille, 25 ans, s’écroule lorsqu’elle se découvre enceinte de l’homme avec qui elle partage ses nuits mais pas beaucoup plus.

« Le plus gros engagement qu’on ait pris ensemble, c’était de se dire qu’on s’appellerait en fin de semaine. C’était quand même un mardi. […] C’est beaucoup plus que sexuel, c’est beaucoup moins qu’amoureux. C’est nos culs entre deux chaises… »

Son amant claque la porte en apprenant la nouvelle. Commencent alors pour elle douze semaines d’hésitation, entre réunions avec ses amies, rencontres houleuses avec sa famille, et rendez-vous médicaux. Camille fait des listes de « pour » et « contre », désespère en montant les sept étages qui la mènent à sa chambre de bonne, et pleure quand un de ses yaourts vient s’écraser en bas… Le temps file mais elle ne parvient pas à faire son choix: garder l’enfant et l’élever seule, ou s’en séparer et tenter de reprendre le cours normal de sa vie ?

Camille Anseaume signe, avec une justesse remarquable, un très joli roman sur le passage à la fois douloureux et réjouissant d’une existence à une autre. Un récit plein de poésie, tendre et drôle, qui décrit finalement plus la venue au monde d une mère que celle d’un enfant.

  • Quatre murs et un toit – 2018 – Calmann Lévy

Quatre-murs-et-un-toit

Quatrième de couverture : Avec tendresse et humour, Camille Anseaume  livre, pièce par pièce, un hymne drôle et poétique  à la maison d’enfance.

Quand elle apprend que ses parents ont mis en vente  la maison où elle a grandi, Camille décide d’y séjourner  une dernière fois afin de s’imprégner du lieu et lui  faire ses adieux. Chaque pièce résonne encore de  l’écho des joies et des peines passées et la replonge  dans les souvenirs : les manies de sa mère, les blagues  de son père, les amis du grand-frère dont elle est  follement amoureuse, les disputes entre soeurs…des cris, des rires, des larmes, et surtout beaucoup, beaucoup d’amour. Mais une semaine, est-ce suffisant  pour dire adieu à son enfance ?


 

Sa bibliothèque, quatre questions : 

1. Vous êtes davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Camille Anseaume : Pendant longtemps, je commençais par emprunter des livres à la bibliothèque, que je n’achetais en librairie que lorsqu’ils me plaisaient. Mais depuis que je suis riche grâce à mes millions de lecteurs (en vrai, depuis que je suis devenue accro à la librairie Folies d’encre, à Montreuil), j’en achète beaucoup directement là-bas, sans passer par la case bibliothèque. Et à la bibliothèque de Montreuil (qui est super aussi, par ailleurs), je vais plutôt emprunter des bouquins plus « risqués », des choses que je ne lis pas d’habitude, et que je ne suis pas sûre d’avoir envie de garder. Ah oui, parce que ma bibliothèque est composée de 100% de livres que j’ai aimés.

2. Décrivez nous votre bibliothèque ? Une photo ? (Classement alphabétique, une pile de bouquins à côté du lit…)

Camille Anseaume : Une grande dans le salon, une plus petite dans mon bureau, et un amoncellement de piles de livres dans ma chambre. Avec des bouts de papier, d’allumette, d’herbes, de post-it, de cartons de paquets de cigarettes glissés partout dans les pages. Dès qu’un extrait me touche, je laisse un souvenir dans les pages. Dans une vie idéale, je prendrai le temps, après, de recopier ces passages dans un document propre, rangé dans un dossier « lectures », ou même, soyons fou, dans un joli carnet, de ma belle écriture penchée. Mais dans la vraie vie j’écris comme un porc (et encore, ce n’est pas très gentil pour les porcs), et je n’ai pas, mais alors absolument pas le temps de faire tout ça. Donc de temps en temps, je prends un livre au pif et je relis les allumettes.

30656201_823991721144732_2830534184236220416_n
« Pile à lire du mois d’avril » Camille Anseaume

3. Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ?

Camille Anseaume : « Eparse », de Lisa Balavoine. Je l’ai acheté le jour de sa sortie, absolument convaincue que ça allait être une sorte de mini révélation. J’en suis encore convaincue, alors je passe mon temps à trouver que les circonstances ne sont pas assez belles pour avoir une révélation. Il fait trop froid, il pleut trop, il est trop tard, j’ai trop de trucs dans la tête pour en profiter vraiment, j’ai les cheveux trop gras, j’ai trop faim. Finalement je crois qu’il faudrait que je me réserve deux jours en Guadeloupe, seule, pour que le cadre soit à la hauteur de ce que j’attends de ce livre. Je viens encore de commencer un nouveau livre, après avoir longuement hésité à commencer enfin Eparse. En même temps, il y a un truc sympa à voir ce livre, cette promesse, m’attendre sagement en haut d’une pile, c’est un peu comme avoir une grille de loto dont on n’a pas encore vérifié les chiffres, on peut se dire que le meilleur est encore à venir.

Eparse

4. Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

Camille Anseaume : Hier, je suis passée à la librairie Folies d’encre récupérer une commande que j’avais faite par téléphone (pitié, pas d’Amazon, si vous avez peur de vous déplacer pour rien en librairie, il suffit d’appeler avant, et de commander le bouquin s’il n’y est pas) : il s’agit de deux livres sur lesquels je suis tombée par hasard, en surfant sur le net (c’est bien le seul endroit où je surf). « L’amour simplement » et « J’aime », de Nane Beauregard. Ça aussi ça renferme un petit miracle, j’en suis sûre. Je n’ai plus qu’à décider s’il aura lieu avant ou après « Eparse ».

                    J-aime                                                           L-amour-simplement


Merci Camille pour votre spontanéité et votre enthousiasme ! C’est un réèl plaisir de lire vos réponses en avant première !

Bonne lecture,

L.