Quatrième de couverture :

Sentinelle de la pluie est un roman d’’une rare intensité dramatique où Tatiana de Rosnay déploie une tension psychologique magnifiée par un cadre apocalyptique renversant. Elle fait surgir de l’’ordinaire bouleversé, l’insubmersible pouvoir de l’amour et de la rédemption.

La famille Malegarde est réunie à Paris pour fêter les 70 ans de Paul, le père, arboriste de renommée internationale. Sa femme Lauren prépare l’événement depuis deux ans, alors qu’importe les pluies diluviennes qui s’abattent sur la Ville Lumière et contrarient les retrouvailles. Mais Linden, le fils cadet, photographe charismatique, pressent que la redoutable crue de la Seine n’est pas la plus grande menace qui pèse sur l’unité de sa famille. Les secrets enfouis déferlent sous le ciel transpercé par les flots…

 


Mon avis :

Comme d’habitude pour ma part, il est très agréable de retrouver la sensibilité de la plume de Tatiana de Rosnay, une écriture exquise à mes yeux !

Nous découvrons Linden, jeune photographe célèbre, puis nous faisons connaissance avec ses parents, Paul et Lauren, ainsi que sa soeur Tilia et sa nièce Mistral réunis sur Paris pour l’anniversaire de l’un d’entre eux.
Tatiana de Rosnay a le don de nous haper dans son récit, presque nous pourrions croire être un membre de la famille Malegarde. Au fil des pages, nous apprenons à connaître cette famille et nous partageons leurs joies, leurs peines mais aussi les non-dits. Nous percevons l’amour qu’il y a entre eux mais surtout le respect qu’ils portent les uns pour les autres.

Autre particularité du roman, Paris qui est presque un personnage à part entière dans cette histoire, un Paris inondé ! A plusieurs reprises, j’ai eu l’impression d’être en apnée, ressentir cette humidité, ces odeurs décrites. Avec Tatiana de Rosnay, nos cinq sens sont sollicités.

En résumé, Sentinelle de la pluie est une lecture très agréable. J’éprouve un réel plaisir à me plonger dans les histoires de cette auteure, et à retrouver sa sensibilité. D’autres de ses romans comme Boomerang ou Rose m’ont davantage touchée mais j’ai passé un excellent moment.

Un seul regret : ne pas maîtriser les rues de Paris afin de me repérer dans les descriptions.

Bonne lecture,

L.