« Un auteur, sa bibliothèque, quatre questions », ce petit rendez-vous littéraire sans prétention, est né de la curiosité de savoir quel lecteur se cache derrière l’auteur. Car oui, tout auteur est avant tout un lecteur – comment écrire sans lire ?

Après m’être dépatouillée des aspects techniques de la création de mon blog (^_^’), ce projet devenait enfin possible. Encore me fallait-il mobiliser tous ces auteurs ! Ceux que j’aime, ceux qui m’ont fait rire, peur ou même pleurer, qu’ils soient connus, reconnus ou en train d’éclore, qu’ils écrivent des polars – mon thème de prédilection – ou non. En griffouillant une liste informelle, j’ai d’emblée songé à Gilles Legardinier !

Gilles Legardinier, vous savez ? Les romans avec les chats en couverture ! Mais pas que. Un succès, fût-il populaire et mérité, est parfois réducteur. Gilles Legardinier, c’est aussi autre chose, plein d’autres choses. C’est surtout dans un monde du livre parfois élitiste et faux un homme vrai, au vrai talent.

Je l’ai découvert il y a plusieurs années, un peu avant sa consécration, au travers de ses romans « policiers ». J’écris entre guillemets car ces histoires sont tout à fois des énigmes, des quêtes aventureuses, du fantastique… Son écriture, fine et juste, son sens de l’intrigue, l’aspect cinématographique, vivant, drôle, de ses récits et de ses personnages m’ont immédiatement séduite.

Que ce soit en salon ou lors de promotions, malgré le poids du succès, malgré la file interminable devant sa table, il reste cet homme sincère, généreux et disponible. Une dédicace en compagnie de Gilles Legardinier est un instant privilégié et intime, une rencontre magique. Il est, à mes yeux, un des écrivains les plus gentils du monde. Et le monde, c’est vaste.


Un auteur :

Né en 1965, abandonné à sa naissance, Gilles Legardinier grandit au sein d’une famille d’adoption. Il évoque notamment cette différence en 2017 dans Vaut-il mieux être toute petite ou abandonné à la naissance ? (Belfond), coécrit avec Mimie Mathy.

mimi mathie

Eclectique, il est un touche-à-tout, et exerce principalement dans le 7e art. Il est longtemps pyrotechnicien sur des plateaux de cinéma, travaillant pour des productions prestigieuses. Il réalise des films publicitaires, des bandes-annonces et des documentaires.

Il se consacre aujourd’hui à la communication pour des majors cinématographiques en parallèle de l’écriture de romans, de scénarii de bandes-dessinées. Il partage de nombreux projets professionnels avec sa compagne, en vallée de Montmorency où il réside en famille.

N’hésitez pas à suivre l’actualité de Gilles Legardinier sur son site ici

La bibliographie de Gilles Legardinier est fournie et très variée. Son écriture ne se limite pas aux romans pour adultes qui l’ont placé sous le feu des projecteurs. Il est ainsi notamment l’auteur de la série pour enfant Martin mystère (Pocket éditions), s’étalant sur une quinzaine de volumes.

Le-monstre-de-la-foret

Autre titre jeunesse, Le dernier géant (Pocket jeunesse).

Le-dernier-geant

Et – roulement de tambours, orchestre symphonique et tout le toutim ! – Gilles est également l’un des auteurs de la série… Astro Boy !

Premiere-miion

Je suis une fan absolue du petit robot japonais, mon idole de jeunesse, mon déguisement de carnaval (non, non, n’insistez pas, je n’ai pas de photos !). Au fond de moi, je savais bien que Gilles avait de l’étoffe d’un héros…

Bon, un peu de sérieux… Evoquons, maintenant, sa bibliographie adulte :

  • L’exil des anges – 2009 – Fleuve éditions – Pocket

L-exil-des-anges

Quatrième de couverture : Sur le point de révéler leurs découvertes scientifiques sur la mémoire, deux chercheurs, les Destrel, sont abattus par les services secrets. C’est du moins la version officielle. Mais leur mort n’est qu’un exil. Vingt ans plus tard, le même rêve réunit trois jeunes gens autour d’une chapelle écossaise. Quel secret lie donc ces événements ?

  • Nous étions les hommes – 2011 – Fleuve éditions – Pocket

Nous-etions-les-hommes

Quatrième de couverture : C’est l’une des plus fascinantes énigmes qui soit. Sur notre planète, il existe plus de 1800 espèces de bambous. Chaque fois que l’une d’elles fleurit, tous ses spécimens, où qu’ils se trouvent sur Terre, le font exactement au même moment. Ensuite, l’espèce meurt. Personne ne sait expliquer ce chant du cygne, ni l’empêcher. Aujourd’hui, l’homme va peut-être connaître le même sort. Arrivé lui aussi à son apogée, il risque de disparaître. Dans le plus grand hôpital d’Edimbourg, le docteur Scott Kinross travaille sur la maladie d’Alzheimer. Associé à une jeune généticienne, Jenni Cooper, il a découvert une clé de cette maladie qui progresse de plus en plus vite, frappant des sujets toujours plus nombreux, toujours plus jeunes. Leurs conclusions sont aussi perturbantes qu’effrayantes. Si ce fléau l’emporte, tout ce qui fait de nous des êtres humains disparaîtra. Nous redeviendrons des animaux. C’est le début d’une guerre silencieuse dont Kinross et Cooper ne sont pas les seuls à entrevoir les enjeux. Partout sur la Terre, face à ceux qui veulent contrôler le monde et les vies, l’ultime course contre la montre a commencé…

  • Demain j’arrête ! – 2011 – Fleuve éditions – Pocket

Demain-j-arrete

Quatrième de couverture : Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu’à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons- nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

  • Complètement cramé ! – 2012 – Fleuve éditions – Pocket

Completement-crame

Quatrième de couverture : Arrivé à un âge où presque tous ceux qu’il aimait sont loin ou disparus, Andrew Blake n’a même plus le cœur à orchestrer ses blagues légendaires avec son vieux complice, Richard. Sur un coup de tête, il décide de quitter la direction de sa petite entreprise anglaise pour se faire engager comme majordome en France, pays où il avait rencontré sa femme. Là-bas, personne ne sait qui il est vraiment, et cela lui va très bien. Mais en débarquant au domaine de Beauvillier, rien ne se passe comme prévu entre Nathalie, sa patronne veuve aux étranges emplois du temps ; Odile, la cuisinière et son caractère aussi explosif que ses petits secrets ; Manon, jeune femme de ménage perdue; Philippe, le régisseur bien frappé qui vit au fond du parc, et même l’impressionnant Méphisto, Andrew ne va plus avoir le choix. Lui qui croyait sa vie derrière lui va être obligé de tout recommencer.

  • Et soudain tout change – 2013 – Fleuve éditions – Pocket*

Et-soudain-tout-change

Quatrième de couverture : Pour sa dernière année de lycée, Camille a enfin la chance d’avoir ses meilleurs amis dans sa classe. Avec sa complice de toujours, Léa, avec Axel, Léo, Marie et leur joyeuse bande, la jeune fille découvre ce qui fait la vie. A quelques mois du bac, tous se demandent encore quel chemin ils vont prendre. Ils ignorent qu’avant l’été, le destin va leur en faire vivre plus que dans toute une vie… Du meilleur au pire, avec l’énergie délirante et l’intensité de leur âge, entre espoirs démesurés, convictions et doutes, ils vont expérimenter, partager et se battre. Il faut souvent traverser le pire pour vivre le meilleur…Avec cette nouvelle aventure, Gilles signe un roman comme il en a le secret et qui, entre éclats de rire et émotions, nous ramène là où tout commence vraiment. Cette histoire est aussi la nôtre. Bienvenue dans ce que nous partageons de plus beau et qui ne meurt jamais.

  • Ça peut pas rater ! – 2014 – Fleuve Editions – Pocket

Ca-peut-pas-rater-

Quatrième de couverture : – J’en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J’en ai plus qu’assez de vos sales coups ! C’est votre tour de souffrir ! Marie pensait avoir trouvé l’homme de sa vie, jusqu’à ce que son couple implose de façon brutale et scandaleuse. Anéantie, elle prend une décision sur laquelle elle jure de ne jamais revenir : ne plus faire confiance aux mâles et surtout, ne plus rien leur passer. Ni dans sa vie privée, ni au travail. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. À présent, c’est la méchante Marie qui est aux commandes. Marie est remontée comme un coucou. Marie ne croit plus à l’amour, ce mirage source de tous les malheurs des femmes. Mais voilà, Marie a du cœur, une famille, des amies aussi tordues qu’elle et une soif de vivre qui n’a pas fini de la précipiter dans des plans impossibles. Et si, au-delà de ses illusions perdues, il était temps pour elle de découvrir tout ce qui vaut vraiment la peine d’être vécu ?

  • Quelqu’un pour qui trembler – 2015 – Fleuve éditions – Pocket

Quelqu-un-pour-qui-trembler

Quatrième de couverture : Comment être un père quand on arrive vingt ans après ? Pour soigner ceux que l’on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu’il apprend que la femme qu’il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent. Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n’importe quel inconnu. Est-il possible d’être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l’aide de ceux que le destin placera sur sa route.

  • Le premier miracle – 2016 – Flammarion

Le-premier-miracle

Quatrième de couverture : Karen Holt est agent d’un service de renseignement très particulier. Benjamin Horwood est un universitaire qui ne sait plus trop où il en est. Elle enquête sur une spectaculaire série de vols d’objets historiques à travers le monde. Lui passe ses vacances en France sur les traces d’un amour perdu. Lorsque le vénérable historien qui aidait Karen à traquer les voleurs hors norme meurt dans d’étranges circonstances, elle n’a pas d’autre choix que de recruter Ben, quitte à l’obliger. Ce qu’ils vont vivre va les bouleverser. Ce qu’ils vont découvrir va les fasciner. Ce qu’ils vont affronter peut facilement les détruire.

  • Vaut-il mieux être toute petite ou abandonné à la naissance ? – 2017 – Belfond

mimi mathie

Quatrième de couverture : Le livre est né d’une rencontre unique. Bienvenue au cœur d’un échange exceptionnel et bienveillant où l’un et l’autre abordent leurs pires problèmes afin d’aider ceux qui ne trouvent pas leur place à se la créer !

  • Une fois dans ma vie – 2017 – Flammarion

Une-fois-dans-ma-vie

Quatrième de couverture : Trois femmes, trois âges, trois amies que les hasards de la vie et les épreuves ont rapprochées dans un lieu comme aucun autre. Trois façons d’aimer, dont aucune ne semble conduire au bonheur. Séparément, elles sont perdues. Ensemble, elles ont une chance. Au milieu des hommes, cramponnées à leurs espoirs face aux coups du sort, avec tous les moyens et l’imagination débordante dont elles disposent, elles vont tenter le tout pour le tout. Personne ne dit que ça ne fera pas de dégâts.

  • Comme une ombre – 2015 réédité en 2018 – J’ai lu (coécrit avec Pascale Legardinier)

Comme-une-ombre

Quatrième de couverture : Alexandra, la ravissante fille du milliardaire Richard Dickinson, se cherche en parcourant le monde. D’un tempérament plutôt indépendant, elle ne veut plus de sa jeunesse dorée ni des gardes du corps qui la suivent partout. D’ailleurs, elle s’acharne à les faire craquer les uns après les autres… Cependant, avec le nouvel ange gardien dont son père l’affuble, les choses s’annoncent différemment : en bon militaire, Tom Drake semble bien décidé à remplir sa difficile mission et à résister aux affronts de celle qu’il considère comme une petite fille gâtée. De Rio aux mystérieux palais sahariens, Tom la suivra comme une ombre. Coûte que coûte. Pourtant, à Marrakech, lorsqu’Alexandra lui joue un mauvais tour en faisant croire qu’elle a été enlevée, Tom est à deux doigts de jeter l’éponge. Mais il résiste encore. Et quand Alexandra est réellement kidnappée, il est le premier à risquer sa vie pour sauver celle de la jeune femme…

 


Sa bibliothèque, quatre questions :

  1. Etes-vous davantage livres d’occasion, livres neufs, empruntés en bibliothèque, format poche, grand format, dédicacés ou pas ? Dites-nous tout !

Gilles Legardinier : Les livres sont partout dans ma vie, même si j’ai une vraie prédilection pour les ouvrages références, les dictionnaires, les encyclopédies et tout ce qui peut m’apprendre des choses. La lecture est pour moi davantage un canal d’apprentissage que de distraction. Je me distrais en écrivant !

Quant à la nature des livres, je n’ai aucune règle. Ce qui compte d’abord pour moi, c’est le contenu. Si je cherche un texte qui n’existe qu’en occasion, c’est ce que je trouverai. J’emprunte peu de livres car j’ai peur de les abîmer et j’aime les garder à la maison. Avant, j’allais souvent en bibliothèque mais maintenant, c’est compliqué, ça tourne vite à la séance de dédicace sauvage ! Pour des recherches, je passe beaucoup de temps dans des bibliothèques historiques. Pour Le Premier Miracle, j’ai passé des jours et des jours à travailler à la British Library à Londres, souvent avec des chercheurs. Voilà deux semaines, j’étais à la bibliothèque d’Edimbourg pour d’autres recherches.

2. Décrivez nous votre bibliothèque ? Une photo ?

Gilles Legardinier : Les bibliothèques sont partout dans la maison. C’est le meuble que nous avons le plus. On en trouve 11, et la plus grande fait 5 mètres de large sur 3 mètres de haut. Nous avons la chance d’avoir une petite pièce dédiée aux livres, qui en tapissent tous les murs. Tout tiendrait dans quelques liseuses ou un gros disque dur, mais jamais un appareil électronique n’offrira la même émotion que ces objets fabuleux que sont les livres. Par chance, je peux passer devant, les toucher, les ouvrir, les feuiller, sans avoir besoin d’une centrale nucléaire et de gadgets électroniques !

bibliotheque_gilles_legardinier_copyright

3. Quel est le livre qui est dans votre pile à lire depuis longtemps ?

Gilles Legardinier : Je sais que beaucoup de gens ont des piles à lire, mais je ne fais pas cela. Même ma compagne, Pascale, en a une qu’elle fait baisser très rapidement. C’est elle de nous deux qui lit beaucoup. J’ai la chance de bénéficier de son talent à dénicher. Elle ne me garde que le meilleur que je lis – parfois – pendant les vacances. Mais je lis peu. Je suis plus du genre à écrire qu’à lire !

4. Quel est le petit dernier qui a rejoint votre pile à lire ?

Gilles Legardinier : Ce n’est pas un roman, mais une pièce assez rare : la dernière encyclopédie éditée avant la Révolution. À l’époque, tout était encore expliqué au prisme de la royauté… Me plonger dedans est un étonnement permanent. La perception était tellement différente… Quand vous saisissez l’aspect social, scientifique, spirituel de cette époque, vous vous dites qu’il était logique que tout explose ! Étrangement, ce décalage rétrograde trouve encore de superbes échos aujourd’hui. Il y a beaucoup à méditer pour améliorer ! Mais je ne lirai pas tous les volumes, je crois qu’il y en a douze !


 

Je tiens à remercier Gilles le lecteur pour avoir accepté de jouer le jeu et pris le temps de répondre à ces quelques questions. Boucler le rendez-vous qui lui est consacré a été un réel plaisir. Gilles, ce héros, qui a écrit des histoires d’Astro Boy (eh oui, je ne m’en suis pas encore remise !), je vous remercie !

Hâte de vous lire. Le prochain n’est-il pas prévu pour l’autonome 2018 ?

Bonne lecture,

L.

PS : J’oubliais, Gilles, si vous changez d’avis pour votre prochaine photo de couverture de votre roman et que vous cherchez un modèle, Gladys (notre British Shorthair) se porte volontaire !

 

20180123_1307312030491038.jpg