Quatrième de couverture :

Roman d’aventures ordinaires et extraordinaires, dans le Très-Haut encore, le Très-Bas encore et le mitan, des temps et des univers, L’onyx rose est une chimère. Écrit par la lumpen B.C.B.G. de la littérature, la lanterne rouge du Tour de France et d’ailleurs, le serpent noir luisant ressuscité des morts, Brigitte Fontaine, chantre et écrivain, pas vaine, tragicomique, le poison de vie, le pouët-pouët qui se la pète, qui vous souhaite bon voyage, bonne année et qui vous embrasse, bande de ploucs comme elle, à tire-d’aile et à tire larigot allegro ! B. F.

 


 

Mon avis :

Brigitte Fontaine…

Je connaissais Brigitte Fontaine la chanteuse…

Je connaissais Brigitte Fontaine l’actrice…

Je découvre Brigitte Fontaine « l’écrivain » et pas « écrivaine » : elle y tient !!

Que dire… Son roman est fidèle au personnage qu’elle est : complètement déjanté !

Nous faisons la connaissance dans ce livre d’Ignatio et de Betzabé. Cette histoire est en quelque sorte un conte. J’ai apprécié la 1ère partie du livre puis, dans la seconde partie, elle évoque l’apologie du terrorisme et là, j’ai décroché.

Je pense qu’on ne doit pas carburer aux mêmes substances ! C’est assez perché !

Cependant, j’avoue que Brigitte Fontaine a une jolie plume, très poétique, ce qui est très appréciable !

Bonne lecture,

L.