Ça y est : le mois de mars est là !

Youpi !

Le printemps arrive, les jours rallongent, les oiseaux piaillent, et surtout le soleil devrait revenir !

Je vous propose, avant d’aborder la wish list de ce mois-ci, de faire un petit bilan sur les achats du mois !

J’ai craqué sur trois romans, les voici :

  • Celui dont le nom n’est plus de René Manzor – Pocket

Quatrième de couverture : Londres, au petit matin. Sur une table de cuisine, gît un homme vidé de ses organes. L’assassin est une vieille dame à la vie exemplaire. Pourquoi cette femme a-t-elle sacrifié l’homme qu’elle a élevé comme un fils ? Elle est incarcérée. Pourtant, le lendemain, un autre homme est tué de façon similaire. Par la personne qui l’aimait le plus au monde. À chaque fois, les tueurs, qui ne se connaissent pas, laissent derrière eux la même épitaphe écrite dans le sang de leur victime : Puissent ces sacrifices apaiser l’âme de Celui dont le Nom n’est plus… Trois destins vont se lier autour de ces meurtres incompréhensibles : ceux de McKenna, vétéran de Scotland Yard, de Dahlia Rhymes, criminologue américaine et de Nils Blake, l’avocat de ces coupables qui ressemblent tant à des victimes. Trois destins, et trois vies détournées à jamais de leur cours. Grâce à une plume parfaitement maîtrisée, René Manzor signe un roman aux frontières de l’amour et de la mort dont on ne sort pas indemne. Un thriller haletant et dérangeant dont vous n’oublierez plus jamais le nom…

  • ADN de – Actes Sud

Quatrième de couverture : Elísa Bjarnadóttir méritait d’être punie. Elle devait payer. Mais quelle faute pouvait justifier une telle violence ? On vient de retrouver la jeune femme à son domicile, la tête en­tourée de gros scotch, exécutée de la façon la plus sordide. L’agonie a dû être atroce. Sa fille de sept ans a tout vu, cachée sous le lit de sa mère, mais la petite se mure dans le silence. Es­pérant l’en faire sortir, l’officier chargé de l’enquête se tourne alors vers une psychologue pour enfants. C’est sa seule chance de remonter jusqu’au meurtrier. Ce dernier n’a pas laissé de trace, juste une incompréhensible suite de nombres griffon­née sur les lieux du crime.
Alors que les experts de la police tentent de la déchiffrer, un étudiant asocial passionné de cibi reçoit à son tour d’étranges messages sur son poste à ondes courtes. Que cherche-t-on à lui dire ? Sans le savoir, il va se retrouver mêlé à l’une des séries de meurtres les plus terrifiantes qu’ait connues l’Islande.

Vous pouvez retrouver mon avis ici

  • Ce qui se dit la nuit d’Elsa Roch – Éditions Le livre de poche

Quatrième de couverture : Rentrer chez soi.  Tout oublier après le cadavre de trop, vingt ans dans la police à collectionner les «ides»: homicides, infanticides, parricides… À peine quadragénaire, le commissaire Amaury Marsac a l’’impression de porter mille ans de noirceur sur ses épaules. Il n’’en peut plus. Il fuit Paris direction le village de ses origines.
Mais alors qu’’il renoue avec Elsa, son amour de jeunesse, une vieille dame est retrouvée morte chez elle, égorgée et tondue, un morceau de tissu bleu cousu au niveau du cœur.
Cette femme, c’’est Marianne, une figure bienveillante de son passé. Horrifié, Marsac s’’impose dans l’’enquête. De nouveau happé par les sombres coulisses de l’’âme humaine, il va devoir démêler passions amoureuses et superstitions, blessures de l’’enfance et cicatrices de l’’Histoire jamais refermées.

Encore merci au Père Noël qui m’avait apporté des cartes cadeaux qui m’ont permis de réaliser ces achats !


Jai repéré quelques petites tentations pour ce mois-ci dans les nouveautés ou pas, format broché ou pas ! Certains sont pour compléter ma collection, d’autres des souhaits !

Et vous ? Qu’est ce que vous avez vu d’intéressant ?

  • Au petit bonheur la chance d’Aurélie Valognes – Mazarine

Quatrième de couverture : Parce que derrière chaque imprévu de la vie, se cache une chance d’être heureux ! 1968. Jean a six ans quand il est confié du jour au lendemain à sa grand-mère. Pour l’’été. Pour toujours. Il n’’a pas prévu ça. Elle non plus.
Mémé Lucette n’’est pas commode, mais dissimule un cœur tendre. Jean, véritable moulin à paroles, est un tourbillon de fraîcheur pour celle qui vivait auparavant une existence paisible, rythmée par ses visites au cimetière et sa passion pour le tricot. Chacun à une étape différente sur le chemin de la vie – elle a tout vu, il s’’étonne de tout –, Jean et Lucette vont s’apprivoiser en attendant le retour de la mère du petit garçon. Ensemble, dans une société en plein bouleversement, ils découvrent que ce sont les bonheurs simples qui font le sel de la vie.

Un duo improbable et attachant pour une cure de bonne humeur garantie !

  • Un soir à Paris de Nicolas Barreau – Editions Le Livre de Poche

Quatrième de couverture : Il était une fois le cinéma Paradis…
Alain Bonnard, jeune propriétaire d’un cinéma, se décide à inviter une jeune inconnue, Mélanie, qui assiste chaque mercredi à la dernière séance. Deux jours plus tard, un célèbre réalisateur annonce au jeune homme qu’il désire tourner son prochain film dans le cinéma. Alain pense que la chance lui sourit

  • Agatha Raisin : Sale temps pour les sorcières de MC. Beaton – Editions Albin Michel

Quatrième de couverture : Traumatisée après qu’une coiffeuse rancunière l’a shampouinée à la crème dépilatoire, Agatha Raisin se réfugie incognito dans un hôtel de la côte en attendant que sa chevelure repousse. N’ayant plus rien à perdre, elle consulte également une sorcière réputée pour ses talents. Miracle, la magie opère, mais pour peu de temps, car la sorcière est retrouvée assassinée … Agatha renoue aussitôt avec ses réflexes de détective, aidée par l’inspecteur Jimmy Jessop, ensorcelé par ses charmes. À moins que ce ne soient les effets du philtre d’amour qu’Agatha a acheté à la pauvre sorcière ?

  • Agatha Raisin : Panique au manoir de MC. Beaton – Editions Albin Michel

Quatrième de couverture : Meurtrie d’avoir été abandonnée par James, l’amour de sa vie, Agatha Raisin s’en remet aux présages d’une diseuse de bonne aventure : elle trouvera l’amour, le vrai, dans le Norfolk. Qu’à cela ne tienne, Agatha quitte Carsely et s’installe dans un charmant cottage de Fryfam où  elle attend le prince charmant en écrivant son premier roman policier : Panique au manoir. Un titre prédestiné car, après une série d’étranges phénomènes, le châtelain du village est assassiné et les soupçons se portent tout naturellement sur Agatha, dont le conte de fées vire au cauchemar…

  • Délivrance de Jussi Adler Olsen – 2013 – Editions Albin Michel

Delivrance

Quatrième de couverture : La chasse haletante et presque désespérée lancée par le cynique inspecteur Carl Mørck et son fidèle assistant Assad derrière un tueur que rien ne semble pouvoir arrêter ne le dispense pas de jeter au passage un regard acerbe et troublant sur la société danoise. Au fin fond de l’Écosse, une bouteille ancienne en verre poli est longtemps restée sur le rebord d’une fenêtre. Personne ne l’avait remarquée, pas plus que le message qu’elle contenait. Un message qui commence par le mot Hjœlp, « au secours, » en danois, écrits en lettres de sang…. Envoyée par la police anglaise à Copenhague, la mystérieuse missive atterrit entre les mains de Mørck et de son équipe. Son déchiffrage révèle qu’elle provient de deux garçons qui auraient été kidnappés dix ans plus tôt. Chose étrange : leur disparition n’a jamais été signalée…


 

Toujours en préparation du Quai du Polar, nous étudions, Stéphanie et moi, la liste des auteurs présents !! Gare au mois d’avril !! Hi ! Hi !

A vous maintenant, dites-moi tout !!

Bonne lecture,

L.