logo_lectures_louise_couleur

sans-titre2

 

Henri de Toulouse-Lautrec est un peintre, dessinateur, lithographe, affichiste et illustrateur français, né le 24 novembre 1864 à Albi, et mort le 9 septembre 1901 au Château Malromé à Saint-André du Bois à l’âge de 37 ans.

sans-titre

Henri de Toulouse-Lautrec, fils du comte Alphonse de Toulouse-Lautrec-Monfa (1838-1913) et d’Adèle Tapié de Céleyran (1841-1930), est né dans l’une des plus vieilles familles nobles de France. Elle prétend descendre en effet en droite ligne des comtes de Toulouse qui furent au XIIIe siècle parmi les plus puissants féodaux du royaume.

Au XIXe siècle, les mariages dans la noblesse se faisaient couramment entre cousins afin d’éviter la division des patrimoines et l’amoindrissement de la fortune. Ce fut le cas des parents d’Henri, Alphonse de Toulouse-Lautrec-Monfa et Adèle Tapié de Céleyran, cousins au premier degré. Ils ont eu deux garçons, Henri, l’aîné et, quatre ans plus tard, son frère Richard-Constantin, qui meurt un an après. Henri grandit entre Albi, le château du Bosc et le château de Celeyran.

L’incompatibilité d’humeur entre les deux parents entraîne leur séparation et Henri reste sous la garde de sa mère.

Henri de Toulouse-Lautrec a une enfance heureuse jusqu’au moment où se révèle, en 1874, une maladie qui affecte le développement des os, la pycnodysostose, maladie génétique due à la consanguinité de ses parents.

Après l’obtention de son bac, il décide de devenir artiste. Il est soutenu par ses oncles et il arrive à convaincre sa mère. De retour à Paris, il étudie la peinture auprès de René Princeteau, dans son atelier puis dans l’atelier de Léon Bonnat et en novembre 1882 dans celui de Fernand Cormon où il reste jusqu’en 1886 et y fréquente Van Gogh.

Malgré une vie courte et marquée par la maladie, l’œuvre du peintre est très vaste : le catalogue raisonné de ses œuvres, publié en 1971, énumère 737 peintures, 275 aquarelles, 369 lithographies et environ 5000 dessins.

Toulouse-Lautrec, tout comme Gauguin réalise aussi bien des tableaux pour les galeries d’art que des illustrations pour des magazines bon marché vendus en kiosque. Il crée 31 affiches et 325 lithographies, inventant une technique de spray originale, consistant à gratter une brosse à dents chargée d’encre ou de peinture avec un couteau. En tant qu’illustrateur, Toulouse-Lautrec a réalisé des affiches devenues célèbres et, partie moins connue de son œuvre, il a également illustré une quarantaine de chansons, des succès principalement interprétés dans les trois grands cabarets parisiens de l’époque : le Moulin Rouge, le Mirliton d’Aristide Bruant.

N’ayant pas besoin d’exécuter des œuvres de commande, Lautrec choisit des sujets qu’il connaît bien ou des visages qui l’intéressaient et, comme il fréquentait des gens de toute sorte, ses tableaux couvrent une vaste gamme de classes sociales : nobles et artistes, écrivains et sportifs, médecins, infirmières et figures pittoresques de Montmartre. Beaucoup de ses tableaux (tel le Salon de la rue des moulins montrent des prostitués parce qu’il les considérait comme des modèles idéaux pour la spontanéité avec laquelle elles savaient se mouvoir, qu’elles fussent nues ou à moitié habillées. Il peignait leur vie avec curiosité, mais sans moralisme ni sentimentalisme et, surtout, sans chercher à leur attribuer le moindre caractère fascinant. Allant au bordel aussi bien par plaisir que par nécessité (en raison de son handicap, il y trouve une vraie affection, si bien qu’il se démarque en donnant à voir des images sans jugement moralisateur et sans voyeurisme).

Alcoolique pendant la plus grande partie de sa vie d’adulte, il a eu l’habitude de mélanger à son absinthe quotidienne du cognac, au mépris des convenances de l’époque. Il a utilisé notamment le subterfuge d’une canne creuse pour cacher une réserve d’alcool. Il est mort à l’âge de 37 ans

Après la mort de Toulouse-Lautrec, Maurice Joyant, son ami intime, son protecteur et marchand de tableaux veut mettre en valeur son œuvre avec l’accord de la comtesse Adèle de Toulouse-Lautrec. Ils donnent les fonds nécessaires pour qu’un musée soit créé à Albi, ville où naquit l’artiste, et offrent leur superbe collection de tableaux

Musée consacré principalement aux œuvres d’Henri de Toulouse Lautrec qui accueille près de 175 000 visiteurs par an.

 

musee-toulouse-lautrec