logo_lectures_louise_couleur

Quatrième de couverture :

Adeline, que tout le monde surnomme Line, est la fille de Jocelyn, juge de paix. Tandis que son père se montre très froid et distant, voire mystérieux, sa mère Blanche est d’une nature aimante. Auprès de ses oncles, tantes et cousins, Line coule une douce enfance. A l’adolescence, elle rejoint la ville par ses études : la Seconde Guerre mondiale, Mai 68 sont autant d’événements qui marqueront sa vie et sa personne. Ses quatre vingts ans sont l’occasion de replonger dans son passé…

Mon avis :

Ce n’est pas le genre de bouquin que je lis habituellement mais il m’a rappelé mes discussions et échanges avec mes mamies. J’ai beaucoup apprécié. Je l’ai lu comme j’aurai regardé un téléfilm c’est à dire avec un plaid et un bon thé !

J’ai passé un bon moment car Adeline est attachante, on la voit devenir une femme puis une maman. L’histoire nous renvoie au contexte de l’époque qui n’était pas évident. On retrouve aussi ses liens de famille comme dans ces téléfilms.

L’écriture est très agréable et fluide. Le roman est bien construit donc on se laisse transporter très facilement !

A offrir autour de vous, idéal pour vous distraire, couper de la réalité et plonger dans cette époque. D’ailleurs, j’aurai bien discuté le « poulet aux morilles d’Adeline » !

Un petit mot sur l’auteur,

Institutrice puis directrice d’école, Josette Boudou est l’auteur de nombreux romans à succès comme Le Printemps d’Antonia et Les Grillons du fournil. Elle consacre son temps à l’écriture et au journal d’une association culturelle. L’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Clermont-Ferrand lui a décerné le prix Gandois 2005 pour son roman Le Mur de la destinée. En 2008, elle a obtenu le prix Lucien-Gachon pour Les Chemins de toile. Elle est publiée aux Éditions De Borée.